Publié dans Politique

Hôpital luthérien d’Ambohibao - Don de concentrateurs d’oxygène par l’Etat

Publié le mercredi, 31 mars 2021


L’Hôpital luthérien d’Ambohibao renforce sa capacité de prise en charge des patients qui présentent des difficultés respiratoires, notamment ceux qui pourraient être affectés par la Covid-19. Ce centre hospitalier vient d’être doté de concentrateurs d’oxygène par l’Etat malagasy. La cérémonie de remise des dons s’est tenue hier au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra. « Face à la lutte commune contre la Covid-19, l’Etat et les hôpitaux privés continuent leur collaboration pour les soins offerts aux patients », indique un communiqué de la Présidence expliquant les raisons de cette dotation. Les équipements ont été offerts par le secrétaire général de la Présidence, Valéry Ramonjavelo, le ministre de la Santé publique, le Professeur Hanitrala Jean Louis Rakotovao et la ministre de l’Education nationale, Marie Michelle Sahondrarimalala, au nom du Président de la République, précise ledit communiqué. Pour les dirigeants responsables au niveau de l’Hôpital luthérien d’Ambohibao, cette dotation constitue un grand bol d’air frais. Cet établissement hospitalier privé prend en charge des patients atteints de la Covid-19 depuis l’arrivée de la pandémie dans le pays. Le manque de moyens matériels, notamment de concentrateurs d’oxygène, a cependant constitué une source de problèmes. « Cette dotation nous permettra de travailler correctement », explique le Dr Rasolofomamonjy Andriatsarafeno, directeur de l’Hôpital luthérien d’Ambohibao.
Outre l’ouverture de centres de traitement de la Covid-19, l’Etat mise sur l’appui aux hôpitaux privés pour faire face à la saturation des hôpitaux publics du pays. Afin d’améliorer la lutte contre la Covid-19, l’Exécutif appelle à l’utilisation d’un protocole commun de prise en charge des patients. Réagissant par ailleurs aux informations sur le manque d’oxygène dans les établissements hospitaliers, le ministre de la Santé, Hanitrala Jean Louis Rakotovao se veut rassurant. Parlant du manque d’oxygène dans les établissements hospitaliers, le numéro un du département ministériel d’Ambohidahy dit que Madagascar se retrouve dans la même situation problématique que les grands pays dans le monde à cause de l’épidémie malgré une bonne préparation. « L’Etat cherche des solutions. Dire le contraire serait faux », affirme le ministre. Le Professeur appelle à ce sujet les patients atteints de la Covid-19 à ne pas céder au stress qui peut provoquer un problème respiratoire similaire à ceux provoqués par la maladie comme le manque d’oxygène. Le ministre de la Santé dément par ailleurs certaines informations qui circulent selon lesquelles l’oxygène se monnaierait au niveau de certains hôpitaux publics. Enfin, il invite les patients ayant des symptômes à venir auprès des établissements dédiés afin d’éviter le pire.
La Rédaction

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff