Publié dans Politique

Immunité collective par le vaccin - Un pari difficile pour Madagascar

Publié le lundi, 17 mai 2021


Pour beaucoup de spécialistes, en attendant l'immunité collective suffisante par le vaccin, il sera difficile de passer outre les différentes restrictions sanitaires dans les pays. Cette immunité collective suffisante, peu de pays sont aujourd'hui proches de l'atteindre, pour ne citer, comme exemple, que l'Israël et les Seychelles où six personnes sur dix auraient reçu au moins la première dose de leurs vaccins.
L'immunité collective correspond au pourcentage d’une population donnée qui est immunisée ou protégée contre une infection. A partir d’un certain seuil, un sujet infecté ne pourra transmettre le virus qu’à « moins d’une personne en moyenne, amenant de fait l’épidémie à l’extinction, car le pathogène rencontre trop de sujets protégés », selon des explications de l’Institut Pasteur français. Cette immunité de groupe, ou collective, peut être obtenue par l’infection naturelle ou par la vaccination. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), et les dernières connaissances de la science, l’objectif est d’atteindre une immunité collective d’environ 70% pour la Covid-19. C’est pour atteindre cette immunité que les pays européens s'affairent actuellement avec les commandes de plusieurs millions de doses de vaccins prévus ces prochaines semaines.
 En parallèle, il semble que l'éclaircie n’est pas pour tout de suite dans les pays africains. En effet, dans nombre de pays africains tels que Madagascar, la vaccination est encore au stade embryonnaire et se fait au compte-gouttes. Une situation due aux problèmes logistiques, mais surtout au nombre de doses encore faible pour vacciner une majeure partie des gens. Or, pour qu’une vaccination soit efficace, elle doit se faire à grande échelle et à grande vitesse pour éradiquer l’épidémie. Par exemple, Madagascar a réceptionné récemment 250 000 doses de vaccins du mécanisme Covax. Et il faudra encore attendre des semaines pour recevoir la première injection pour les autres et autant de jours pour leur seconde dose. 
Dans ce contexte en tout cas, l'immunité collective suffisante grâce au vaccin ne sera atteinte que d'ici plusieurs années. Dans la Grande île, en particulier, il faudra que 13 millions de personnes reçoivent au moins leurs premières doses avant de penser à une éventuelle immunité. Ce qui est loin d'être gagné, sachant que le taux de vaccination à Madagascar n’est pas très élevé et que la vaccination contre la Covid-19 sera jusqu'à preuve du contraire volontaire dans le pays. Pour rappel, Le vaccin CoviShield a été administré aux volontaires issus du personnel de santé, des Forces de l’ordre ainsi que des personnes vulnérables et âgées.
Une campagne de sensibilisation sans précédent est ainsi incontournable. Mais à l’instar de la vaccination contre la polio ou autres, la réticence légendaire de la population risque d’être un grand obstacle.
Par ailleurs, selon des informations récentes, les personnes vaccinées par certains types de vaccins auront probablement besoin d’une troisième dose. Ce qui rendra la tâche encore plus ardue pour les pays africains. A ce rythme, les remèdes traditionnels du continent, améliorés ou non, auront encore de belles années devant eux. Pour la population africaine et malagasy, le défi de vacciner contre la pandémie 65% des ressortissants dans un court délai s’avère un défi presque impossible…
L.R.

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau
Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff