Publié dans Politique

Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché

Publié le jeudi, 29 juillet 2021

A nouveau, le kidnapping s'est accompagné d'une scène de violence meurtrière à Betatao Anjozorobe, tôt le matin du 27 juillet dernier. En effet, un suspect impliqué dans une récente affaire d'enlèvements, meurt finalement sous les coups que les villageois lui ont assenés, après qu'ils l'ont bien sûr arraché des mains de la Gendarmerie.

D'après une source proche de cette force, ils étaient une centaine, c'est-à-dire les membres du fokonolona qui ont pu mettre la main sur le concerné, et ce, en marge surtout de quelques éléments de la DAS militaire, qui l'ont accompagné jusqu'à un poste de Gendarmerie locale. Malheureusement, le fait que le suspect se trouvait entre les mains des gendarmes n'a pas empêché les villageois, déjà complètement ivres de colère, de l'attraper, puis finalement de lui faire la peau.

Les faits. Les membres du fokonolona n'ont pas voulu quitté le secteur de ce poste de la Gendarmerie où le présumé ravisseur fut gardé à vue. Réalisant le risque d'une vindicte populaire, le chef de ce poste a jugé plus sage de conduire, de bon matin, le même suspect à Anjozorobe-ville, avant qu'on ne le transfère finalement dans la Capitale, précisément dans les locaux de la section de recherche criminelle à Ankadilàlana où le suspect aurait dû être soumis à un interrogatoire.

En cours de chemin toutefois, un groupe d'excités a intercepté le véhicule, à seulement 5 km de Betatao. L'objectif de ces gens était de vérifier si le suspect était à bord du véhicule ou non.  Effectivement, c'était le cas. Et sentant le danger, le suspect a cherché à prendre la fuite. Il avait toute une meute de poursuivants sur son dos. Le fugitif n'a pas pu aller plus loin et le fokonolona l'a attrapé avant de le rouer de coups jusqu'à ce que mort s'ensuive. De leur côté, les gendarmes qui ont la mission de l'accompagner se sont justifiés comme quoi ils étaient dans l'impossibilité de faire usage de leurs armes afin de protéger le suspect, sous prétexte d'éviter de tuer sinon blesser les membres du fokonolona complètement aveuglés par une colère meurtrière. Actuellement, l'affaire est entre les mains de la compagnie de gendarmerie de l'Imerina central.

F.R.

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff