Publié dans Politique

Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »

Publié le jeudi, 29 juillet 2021

Tout projet d’attentat contre la personne du Président de la République va « à l’encontre des valeurs et des dispositions constitutionnelles malagasy ». Les propos sont ceux de Richard Ramanambintana, sénateur de Madagascar au cours d’une interview hier. A l’instar de nombreuses autres personnalités publiques du pays, le parlementaire a lui aussi réagi face au projet d’attentat déjoué visant le Chef de l’Etat malagasy.

« La vie appartient à Dieu », dit-il condamnant fermement le projet d’élimination physique du Chef de l’Etat. Devant quelques gens des médias, le sénateur a encouragé les Forces de l’ordre, les responsables de l’enquête et la Justice à se dresser face à ce « projet malheureux ». Et lui de lancer, par ailleurs, un appel vibrant à la population à « l’apaisement devant le contexte actuel ». Commentant toujours ce fait d’actualité, le parlementaire souligne le fait que « Madagascar est un pays souverain et un pays qui a des dirigeants élus de manière démocratique » et martèle que « l’intérêt commun et l’intérêt supérieur de la Nation devraient primer » pour aider Madagascar à « sortir de la pauvreté et de l’obscurité dans laquelle le pays a vécu en soixante ans ».

Pour lui, ce qui se passe actuellement vise à entraver la marche vers le développement voulu par la majorité de la population. Un développement qui est déjà « palpable au niveau de la population à la base », grâce notamment par la construction des nombreuses infrastructures », souligne le sénateur.  Richard Ramanambintana rappelle en outre que les partenaires techniques et financiers se bousculent actuellement aux portillons du pays. Cela, dit-il, est le signe de la confiance des bailleurs de fonds envers le Président de la République Andry Rajoelina. Le sénateur en veut pour preuve la récente signature de quatre accords de financement entre Madagascar et la Banque mondiale au Palais d’Etat d’Iavoloha la semaine dernière. Des accords qui couvrent notamment les domaines de l’agriculture, de l’élevage, des infrastructures et de l’économie.  « Le développement est palpable », commente-t-il. Et lui de poursuivre en affirmant que « les regards sont tournés vers Madagascar ».

La rédaction

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff