Publié dans Politique

Président Andry Rajoelina - « Les médias ne doivent pas servir d’instrument de déstabilisation »

Publié le mercredi, 27 octobre 2021

Le Président de la République Andry Rajoelina a adressé, hier, un message de sensibilisation à l’endroit des médias sur l’importance de leur rôle et de leur devoir au sein de la société. Ce fut au cours de la cérémonie de pose de première pierre du projet de construction de l'Auditorium et du Musée du Patrimoine de l'Audiovisuel de Madagascar au local de l'Office de la Radio et de la Télévision publique de Madagascar (ORTM) à Anosy.

Une cérémonie symbolique dans la mesure où elle marque aussi la célébration de la Journée mondiale du patrimoine de l'audiovisuel. « Les médias doivent servir d’instrument d’éducation et non d’instrument de déstabilisation ». Le locataire d’Iavoloha rajoute que le métier du journalisme est un « métier sacré » qui doit « être pratiqué dans la droiture », afin que les informations diffusées soient éducatives et vérifiées. C’est, dit-il, un travail qui doit être menée de manière professionnelle. Le Président Rajoelina appelle à cesser la diffusion de fausses informations, la diffamation, la calomnie, les injures qui contribuent, selon ses termes, à « détruire une Nation ».

Bâtisseur

« Ici, nous allons bâtir et construire une importante infrastructure », a déclaré le Président Andry Rajoelina qui s’érige ainsi en bâtisseur. Parlant ainsi de l’infrastructure qui sera bâtie dans l'enceinte de l'Office de la Radio et de la Télévision publique de Madagascar. « La fumée et l’ombre qui entouraient cet endroit vont se dissiper et laisser place à un soleil radieux et brillant », rajoute-il. Une allusion au passé de ce lieu pillé, vandalisé et réduit en cendres il y quelques années.

La construction de cette infrastructure marque également la volonté du régime actuel de faire de sa priorité l'éducation et la culture malagasy comme il est inscrit dans le « velirano » numéro 4 du Président Andry Rajoelina. « Si nous n’apportons pas une modernisation, qui le fera ? Quand le fera-t-on ? », lance à cet égard le Chef de l’Etat. Dénommé Havoria, cet Auditorium et Musée du Patrimoine de l'Audiovisuel sera conforme aux normes internationales. L'Auditorium de l'ORTM aura une capacité d'accueil de 700 spectateurs et pourra accueillir divers événements culturels à l'instar de ce que possèdent les chaînes audiovisuelles privées. Le Musée quant à lui, conservera et exposera les matériels, les films et enregistrements sonores qui ont marqué l'histoire de l'ORTM depuis sa création en 1931. « Nous prouvons concrètement que nos responsables travaillent bien et travaillent fort », soutient le Chef de l’Etat durant son discours parlant de l’infrastructure qu’il souhaite « laisser en héritage pour les générations futures ».

La Rédaction

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff