Publié dans Politique

Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs

Publié le lundi, 22 novembre 2021

Concurrentiel. Après l'Indonésie, Madagascar est le deuxième producteur mondial de girofle avec 40% de la production mondiale viennent de la Région Analanjirofo en plus du fait que la Grande île est le premier exportateur de clous et d'essence de girofle. Cependant, pour cette année, des prévisions annoncent une légère baisse de production du côté du premier pays producteur qu'est l'Indonésie.

Dans ce contexte, les opérateurs locaux craignent que certains opportunistes sautent sur l'occasion pour venir déstabiliser la campagne de cette année en jouant sur la spéculation au niveau des prix à l'exportation. « Certes, il est vrai que l'Indonésie a vu sa production baisser mais ça ne signifie pour autant que le premier pays producteur de girofle n'a pas prévu cette situation. Il est fort possible qu'ils aient déjà constitué des stocks notables en prévision de cette baisse que nous constatons présentement. Raison pour laquelle, il est conseillé de ne pas se fier à une hausse des prix pour se remplir les poches mais plutôt jouer sur la régularité et écouler notre production avec un prix ferme et bien entendu en maintenant la qualité qui nous est propre », explique Jean Luc Dama, président du Groupement des exportateurs de girofle et autres épices de Madagascar (GEGM). Une façon pour ce responsable de mettre en garde les tentatives de spéculation qui pourraient se produire et seraient susceptibles de ternir la filière malagasy au niveau international. Pour le moment, la tonne du clou de girofle oscillent entre 8000 et 8500 dollars la tonne. Un prix que le GEGM tente de maintenir en gardant la qualité respectable du girofle malagasy. Pourvoyeuse de devises, la filière fait jeu égal avec la vanille, avec environ 100 millions de dollars en valeur d'exportation, chaque année. Elle représente aujourd'hui une source de revenus régulière pour plus de 31.000 producteurs et de ménages malagasy. Estimée à 19 000 tonnes, la production de clous de girofle est répartie dans les provinces de Toamasina, Fianarantsoa et Antsiranana, plus précisément dans la Région d'Analanjirofo, Vatomandry, Mahanoro, les régions Sud-Est de Mananjary à Fort Dauphin, enfin les Régions SAVA et DIANA. A Madagascar, la saison de récolte et de maturité des girofliers coïncide avec celle du litchi, l'autre grande ressource de la région. Toutefois, le vieillissement des plantations, les aléas climatiques et les maladies menacent la filière. Les producteurs semblent avoir négligé la préservation de cet arbre, si précieux, qui affiche également un potentiel cinq fois plus élevé que la vanille. A noter que les clous de girofle sont principalement exportés vers l'Inde et Singapour.

Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff