Publié dans Politique

Revendications du SECES - La HCC renvoie les enseignants-chercheurs à leurs études

Publié le vendredi, 06 mai 2022

Le président de la Haute Cour constitutionnelle est sorti de son mutisme, hier. Au cours d'une interview en marge d'une journée portes ouvertes, Florent Rakotoarisoa a tenu à mettre les points sur les « i » et répondre aux critiques proférées à son encontre par le Syndicat des enseignants-chercheurs et des chercheurs-enseignants.

« Il n'est pas dans les habitudes de la HCC d'apporter des explications sur une de ses décisions, mais elle se retrouve dans l'obligation de sortir de son silence pour mettre un cran d'arrêt à certaines fausses informations véhiculées par certains pour tenter de porter atteinte à la HCC et accuser ses membres d'incompétence », a défendu le président de la HCC, qui refuse que l'institution qu'il dirige serve de « punching ball » à d'autres.

Suite à une décision de la HCC déclarant que la loi sur l'autonomie des Universités et des Etablissements publics d'enseignement supérieur et de recherche scientifique, les membres du SECES ont entamé un ''mouvement Université et centres de recherche morts'' pour dénoncer notamment une atteinte à l'autonomie des universités. Le syndicat pointe particulièrement du doigt les membres de la HCC qu'il accuse de le mépriser. Des accusations balayées par le président de la HCC.

Florent Rakotoarisoa déplore par ailleurs les paroles de certains hauts responsables qui attisent, selon lui, le feu en affirmant que la récente décision d'Ambohidahy n°03-HCC/D3 du 09 février 2022 concernant la loi n°2021-028 sur l'autonomie des Universités et des Etablissements publics d'enseignement supérieur et de recherche scientifique serait contradictoire avec la décision n°10-HCC/D3 du 3 juillet 2020, de cette même Cour. A noter que dans cette décision, la HCC indique que ladite loi n'est pas conforme à la Constitution et ne peut être promulguée. Et la HCC de rétorquer que la décision de juillet 2020 se borne à rappeler que les universités bénéficient d'une autonomie dépassant celle classique et intime la nécessité d'élaborer de nouveaux textes.

En outre, la Haute Cour constitutionnelle signale que dans la loi soumise à son contrôle, plusieurs articles ont été jugés non conformes à la Constitution. La HCC relève que le statut et le régime des Etablissements publics d'enseignement supérieur et de recherche scientifique « doivent relever du domaine réglementaire ». Elle rejette aussi la proposition d'immunité juridictionnelle des enseignants-

chercheurs dans les enseignements qu'ils dispensent, tout comme l'attribution d'un pouvoir extraordinaire et exclusif en matière de maintien de l'ordre public au président de l'Université concernant la franchise universitaire. « Aucune exception à la Constitution n'est acceptable. Si l'exception n'est pas indiquée dans la Constitution, c'est qu'elle est contraire à la Constitution », affirme Florent Rakotoarisoa, prenant exemple sur l'immunité parlementaire.

La Rédaction

 

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff