Publié dans Politique

Drame familial - Il tue sa femme et se suicide

Publié le vendredi, 06 mai 2022

Vers les premières heures de la matinée du 2 mai dernier, la Commune de Mangabe, à Foulpointe, District de Toamasina II, s'est réveillée avec deux cadavres entre les bras. Et pas tendre. Les deux corps sans vie d'un homme et d'une femme, visiblement morts de façon barbare, ont été trouvés dans une cabane d'habitation. La vision a horrifié les habitants. Le torse nu, l'homme était pendu à la volige de la maison avec une corde tandis que la dame couchée sur un lit.

Son cou présentait de vilaines blessures comme si on le lui avait tranché avec un objet contendant, mais aussi très maladroitement. Des photos le montrant ont été partagées sur les réseaux sociaux. Après un constat de la Gendarmerie mais aussi du médecin-chef du Centre de santé de base (CSBII) local, les victimes ont été identifiées. Il s'agit bel et bien d'un couple.

L'homme s'appelait François Mananjara, la femme répondant au nom de Rota Genia Madeleine. La famille de celle-ci était terrassée lorsqu'elle a découvert la triste réalité à l'intérieur de la maisonnette, le 2 mai dernier. Dire que la veille, la victime a quitté le foyer parental, afin de rejoindre son mari, pour ne plus jamais revenir.

Les conclusions des enquêteurs de la Gendarmerie sont assez explicites pour tenter d'avoir une idée sur les causes de ce double décès. Et l'homme avait mis un terme à la vie de sa conjointe en l'étouffant avec un oreiller, du moins selon une version de la Gendarmerie. On voit bien que cette dernière aurait omis de parler d'une agression faite avec un objet tranchant. Une fois son forfait commis, le mari s'est finalement décidé de se suicider de manière plutôt sadique. Non seulement, il se serait volontairement vitriolé, mais il a également transpercé son propre corps avec un couteau avant qu'il ne se soit pendu finalement.

Le couple a vécu maritalement depuis 4 ans. Mais récemment, les époux étaient en pleine déconfiture et ont dû alors vivre séparément. En cause, l'homme aurait, entre-temps, entretenu une relation avec sa concubine. De toute façon, c'était cette incartade du mari qui expliquerait la décision de sa femme de le quitter pour aller vivre ensuite chez ses parents à Mahambo.

Bien que nous ayons expressément omis d'entrer dans les détails de ce problème d'ordre familial, on peut dire simplement qu'il se traduit par une profonde divergence d'idées entre les deux familles. De toute façon, le rapport de la Gendarmerie, le confirme. Le seul élément qui a filtré de l'affaire, c'est que, le 1er mai dernier, donc la veille même du drame, l'homme aurait fait pression sur son épouse afin de le rejoindre à Mangabe. C'est ce que la malheureuse a d'ailleurs fait, et au prix de sa vie.

F.R

 

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff