Publié dans Politique

Général Raoelina sur la tuerie du 7 février - « Si c’était à refaire, je le referais sans état d’âme »

Publié le mercredi, 11 mai 2022

Des propos qui font froid dans le dos ! 13 ans après le carnage qui a fait près d’une quarantaine de morts et plus d’une centaine de blessés à Ambohitsorohitra, le 07 février 2009, le Général Raoelina est loin d’éprouver des remords. Pire, l’ancien directeur de la garde présidentielle semble être rattrapé par ses vieux démons. A croire ses propos sur le réseau social Twitter, hier, non moins conseiller militaire de l’ex – Président Marc Ravalomanana a clamé haut et fort qu’il serait prêt à le refaire.

« Détrompez – vous, ça ne m’a jamais empêché de dormir ! Et si c’était à refaire, je le referais sans état d’âme », a – t – il lancé. Des déclarations glaçantes qui ont surpris plus d’un et ce, de la part d’un condamné ayant bénéficié d’une grâce pour recouvrer la liberté.

Pour rappel, la tuerie du 07 février a rapidement conduit le régime de Marc Ravalomanana à sa chute. Selon les faits rapportés par des témoins et relayés par différents médias, les militaires de la garde présidentielle – sur ordre du Général Raoelina – ont tiré à balles réelles sur une foule de manifestants qui venaient de la place du 13 mai.

Aveu de culpabilité

Des propos qui sonnent également comme un nouvel aveu de culpabilité de ce Général retraité quant à son implication directe dans ce carnage ayant fait mort d’hommes devant le palais d’Etat d’Ambohitsorohitra. Ce dernier qui, lors de son procès, a nié les faits qui lui a été reproché au même titre que ses co – accusés. Il a reconnu avoir été présent sur les lieux mais avait soutenu n’avoir donné aucun ordre. Des arguments qui n’ont pas suffi à convaincre le juge puisque le Général Raoelina et deux autres colonels ont été condamnés par la Cour criminelle ordinaire pour une peine de prison à perpétuité, car jugés coupables de la tuerie du7 février 2009, à l’issue d’un procès le 7 juillet 2011. Il a retrouvé la prison de Tsiafahy où il a croupi depuis 2009 avant de bénéficier d’une mesure de grâce dans le cadre de la réconciliation nationale, le 24 décembre 2014, sous la Présidence de Hery Rajaonarimampianina. Bien que cette grâce n’ait pas effacé les condamnations qui pesaient contre le Général Raoelina et consorts, il a pu recouvrir la liberté. 13 ans après les faits, l’ex – DSP a avoué par lui – même, comme dit l’expression malgache « kibokibon’ny marina ka milaza tsy anontaniana ».

En tout cas, cette nouvelle déclaration cinglante risque de remuer le couteau dans la plaie des nombreux survivants et des proches des personnes qui ont perdu la vie au cours de cette tuerie.

La Rédaction

 

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff