Publié dans Politique

Covid-19 en Afrique australe - Contamination en hausse

Publié le vendredi, 13 mai 2022

Relâchement des gestes barrières, retour à la normale des conduites collectives effervescentes, faible taux de vaccination national et réouverture des frontières pourraient être les facteurs favorables à une éventuelle résurgence de la contamination à Madagascar. L’Afrique australe, dont fait partie l’île, fait en ce moment face à une augmentation des cas de Covid-19, selon l’Organisation mondiale de la Santé.

La sous-région a enregistré 46 271 cas au cours de la semaine se terminant le 8 mai 2022, soit une augmentation de 32% par rapport à la semaine précédente. Cette occurrence est observée alors que la saison hivernale approche dans la région. Cette augmentation a mis fin à une baisse de deux mois de l’ensemble des infections enregistrées sur le continent.

La hausse soudaine est en grande partie due à un pic en Afrique du Sud où les cas hebdomadaires enregistrés ont quadruplé au cours des trois dernières semaines. Les décès n’ont toutefois pas augmenté aussi rapidement. L’Afrique du Sud a enregistré 376 décès au cours des trois dernières semaines, soit deux fois plus qu’au cours des trois semaines précédentes.

Sous-variant Omicron BA

Bien que les cas aient augmenté, le nombre d’hospitalisations en Afrique du Sud reste faible, le nombre de patients actuellement admis et testés positifs à la Covid-19 se situe à environ 20% du pic de fin décembre 2021. Dans les provinces de Gauteng et de KwaZulu-Natal, où la dernière vague a été détectée pour la première fois, les hospitalisations et les décès à l’hôpital ont augmenté de 90 à 100% au cours des deux dernières semaines par rapport aux quinze jours précédents.

La vague actuelle est alimentée par le variant Omicron dans un contexte de relâchement des mesures sanitaires et sociales. Depuis le début du mois d’avril, l’Afrique du Sud a enregistré, à elle seule, 1369 cas du sous-variant Omicron BA.2, 703 cas de BA.4 et 222 cas du sous-variant BA.5. Cependant, les cas des sous-variants BA.4 et BA.5 restent les plus préoccupants car ils contiennent le plus grand nombre de mutations, et on ne sait toujours pas comment ces sous-variants affectent l’immunité.

Outre l’Afrique du Sud, l’Eswatini et la Namibie ont également enregistré une augmentation des cas. Ces deux pays ont signalé 50% de nouveaux cas supplémentaires au cours des deux dernières semaines par rapport aux deux semaines précédentes.

Riposte

Les quatre dernières vagues de la pandémie en Afrique se sont produites vers le milieu et la fin de l’année, principalement sous l’effet de nouveaux variants, des saisons hivernales et des mouvements de population importants pendant ces périodes de vacances. En 2021, la vague du milieu d’année alimentée par le variant Delta a débuté vers le mois de mai et celle de fin d’année au mois de novembre avec l’émergence du variant Omicron.

Au cours des deux dernières années, les pays africains ont considérablement amélioré la riposte à la Covid-19, en renforçant des aspects essentiels tels que la surveillance, le dépistage et le traitement. Il est essentiel que ces mesures soient maintenues et rapidement renforcées si les cas de coronavirus augmentent encore et dans de nombreux pays.

Le continent a également intensifié le séquençage génomique. Entre janvier et avril 2021, les laboratoires africains ont rapporté environ 9 000 séquences. Ce chiffre a été multiplié par quatre pour atteindre près de 40 000 sur la même période cette année.

Prix fort

Cependant, avec la baisse des cas en début d’année, les pays ont réduit les mesures de santé publique, notamment la surveillance. Les tests de dépistage ont également diminué. Entre mars et mai 2022, seuls 30% des pays ayant communiqué des données sur les tests ont respecté le critère de référence de l’OMS consistant à effectuer 10 tests pour 10 000 personnes par semaine. Ce chiffre est en baisse par rapport aux 40% enregistrés au cours des mois compris entre les vagues conduites par les variants Delta et Omicron en 2021.

Pour vaincre cette pandémie, il faut rester vigilant. La dure réalité est que la complaisance se paie au prix fort. Jusqu’à présent, l’Afrique a signalé 11,7 millions de cas et environ 253 000 décès. Le continent a enregistré 52 878 cas au cours de la semaine se terminant le 8 mai, soit une hausse de 38% par rapport à la semaine précédente.

Recueillis par M.R.

 

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff