Publié dans Politique

Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !

Publié le mercredi, 29 juin 2022


Des voleurs dignes du film « Insaisissable » opèrent dans la Grande île. A leur actif, plusieurs faits de haut vol, dont celui de 36 kilos d’or et de pierres précieuses entreposés au sein même des locaux du ministère des Mines, mais aussi celui de plusieurs dizaines de milliers de litres de gasoil au sein de la Compagnie nationale d’eau et d’électricité de Madagascar (JIRAMA). Au total, ce sont des butins d’un montant vertigineux dont se sont emparés ces ‘‘Arsène Lupin’’ des temps modernes.
Aux Mines, la technique que les escrocs ont employée est une méthode de casse subtile. 36 kg et demi d’or ont été dérobés, ainsi que des pierres précieuses. Aucune trace d’effraction n’a été trouvée sur le coffre dans lequel était entreposée la marchandise de valeur. Les malfaiteurs substituent alors le bien par 24 kg d’objets métalliques, mêlant lamelles de fer ou de cuivre. Lorsque l’on s’aperçoit de la supercherie, les aigrefins sont déjà loin. C’est un spectacle de magie : vous avez en face de vous des magiciens capables de subtiliser à votre insu alors que vous êtes en train de regarder, comme un prestidigitateur le ferait. Et hop, l’écrin disparaît, le rideau se ferme ».
A la JIRAMA c’est à un tour de passe-passe tout aussi similaire et tout aussi bluffant que les spectateurs ont eu droit. Plus de 64 000 litres de gasoil se seraient évaporés au nez et à la barbe de tous à la centrale thermique d’Ambohimanambola. Depuis une semaine que ce scandale a éclaté, les responsables en haut lieu au sein de la JIRAMA se sont murés dans un silence. Toutes les voix autorisées interrogées ont affirmé ne pas avoir d’informations sur le sujet. Pourtant, des informations qui circulaient fortement font état d’enquêtes menées par la Justice et de plusieurs personnes auditionnées. Des personnes auraient d’ailleurs déjà été placées sous contrôle judiciaire. Quoi qu’il en soit, un observateur averti de la situation au sein de la JIRAMA soutient que ce genre de disparition ne serait pas totalement impensable vu la gabegie qui règne au sein de cette compagnie.
La Rédaction



Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff