Publié dans Politique

Camion tombé sous un pont - 6 heures de temps pour désincarcérer le chauffeur

Publié le dimanche, 31 juillet 2022


Vendredi soir dernier, un camion semi-remorque a basculé à l’entrée, avant de faire une chute de plusieurs mètres sous un pont à Brickaville, les roues en l’air. L’accident était survenu vers 18h.  Les dégâts sont tels que le chauffeur ainsi que son aide furent complètement piégés à l’intérieur de la cabine, sans l’espoir d’une intervention rapide d’un quelconque secours. Et même après que les villageois eurent réussi à dégager finalement l’assistant du chauffeur de l’amas de ferraille, et qui était dans le coma au moment du sauvetage, le cas du chauffeur était loin de l’être. Il a fallu six heures de temps pour les villageois pour le désincarcérer de la cabine alors réduite en amas de tôle. “Les secours n’ont que des pelles et des bêches pour pratiquer une ouverture sur la carrosserie du camion, et par où ils ont finalement réussi à récupérer finalement la victime vers minuit”, commente une source d’information locale. Le mastodonte venait de Toamasina et faisait route sur la Capitale.
Pour le moment, la cause du drame n’a pas été encore officiellement expliquée. Sauf peut-être qu’un problème de frein avait été évoqué comme hypothèse. Il s’agit donc du troisième cas enregistré pour une série d’accidents qui ont ensanglanté la RN2 tout au long de la semaine dernière.
L’état particulièrement déplorable de l’ensemble de cette RN2 est pointé du doigt.  Peu avant le week-end dernier, un taxi-brousse venant de l’Est du pays s’était encastré à l’arrière d’un camion à Ankaraha Moramanga, faisant quelques blessés, parfois graves, parmi les passagers du minibus. Le chauffeur de ce Sprinter accidenté se serait momentanément endormi au volant, expliquant ainsi cette perte subite du contrôle de sa part. Une autre version avance qu’un ban de brouillard aurait affecté ses vues, quitte à ne plus pouvoir apercevoir ce qui était devant lui.
Enfin, il y avait eu cette chute manquée d’une coopérative de transport très fréquentée dans un cours d’eau sur la route menant vers Toamasina. Bien que l’on n’ait déploré aucun décès, cet accident a tellement traumatisé ses passagers. L’un d’entre eux, le surnommé député Facebook a remercié le ciel d’être encore en vie après ces quelques minutes de frayeur où il était à deux doigts de la mort, comme ses co-voyageurs d’ailleurs.
Franck R


Fil infos

  • Cryptomonnaie africaine - Des souscripteurs de Madagascar victimes
  • Pollution - Antananarivo étouffe
  • Akamasoa - Inauguration de l’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez
  • Energie fossile - Les ressources locales remises en question
  • Drame familial - Il assassine froidement sa tante
  • Axe Toamasina-Foulpointe - Coup d’envoi d’une réhabilitation en béton !
  • Trafic d’or aux Comores - Un directeur des aéroports et un fils de procureur devant la barre
  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
Pub droite 1

Editorial

  • Un leadership mérité !
    La Grande île recevra le prochain Panel international Cacao fin en juin 2023 à Antananarivo. Pour ceux ou celles qui sont branchés dans ce secteur porteur, il s'agit d'une victoire gagnée à bras le corps par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Consommation (MICC). Au cours de la 106 ème réunion du Conseil de l'Organisation du Cacao (ICCO) à Abidjan, le mois dernier, le 29 septembre, la délégation malagasy conduite par le ministre Razafindravahy Edgard s'était livrée à une bataille acharnée et un pari de taille pour remporter ce prochain rendez-vous à Antananarivo. De facto, Madagasikara s'est adjugé la première place mondiale dans la production de cacao. Un rang que la Grande île mérite.

A bout portant

AutoDiff