Publié dans Politique

Enfant albinos enlevée à Ambilobe - La victime retrouvée à Toliara

Publié le lundi, 01 août 2022

Enlevée chez ses parents le soir du 20 juin dernier à Ambilobe, la petite Eliane (4ans), cette enfant albinos a été finalement et récemment retrouvée à Ankiaka Be Ambony, à Toliara I. Par ailleurs, les six personnes impliquées dans cette affaire ont été arrêtées et seront bientôt traduites devant la Justice. 

Trois d’entre elles ont été interpellées dans le quartier de Betania à Toliara. Ce sont celles-ci qui sont indiquées avoir séquestré la fillette dans le Sud. Les ravisseurs viennent précisément d’Ankalika et de Bekily. Par ailleurs, les autres suspects viennent d’Ambilobe. Cette précision des localités émanerait des concernés eux-mêmes.

Revenons aux faits. Le kidnapping s’était produit en mi-juin dernier dans le domicile des parents de la petite fille à Ambodivoanio, dans le quartier de la SIRAMA-Est, Commune d’Ankaratra, dans le District d’Ambilobe, dans le Nord.

Tout au long de cette période de la disparition d’Eliane, les enquêteurs de la Gendarmerie ont travaillé sans relâche pour essayer de tenir une piste. Leurs incessants efforts ont finalement porté leurs fruits car, l’apport des informateurs aidant, les gendarmes ont pu sauver et délivrer Eliane des griffes de ses ravisseurs. Par ailleurs, le public ne pouvait s’empêcher de saluer non plus l’efficacité des éléments du commissariat du 1er Arrondissement de Betania à Toliara. Car sitôt informés, les policiers s’étaient mobilisés avec succès, leur action s’étant soldée par l’arrestation de 3 bandits. Actuellement, la petite Eliane, qui est saine et sauve, a pu retrouver les siens à Ambilobe. Ses parents s’étaient déplacés jusqu’à Toliara une fois informés afin de la récupérer.

Vers le début de ce mois, Mbaheo, cette autre fille albinos de 12 ans a également connu un dénouement heureux à la suite de son kidnapping à Soamitata, Commune d’Andriandampy à Betroka. La victime fut retrouvée saine et sauve par les gendarmes à Andohanilakaka. Néanmoins, c’était une expérience traumatisante pour la victime, qui a besoin d’un soutien psychologique. D’aucuns craignent que ces tristes affaires ne soient le fait d’un réseau qui tente de s’implanter à travers le pays.

F.Roland

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff