Publié dans Politique

JIRAMA - Andekaleka se dote d’un quatrième générateur

Publié le jeudi, 22 septembre 2022

En renfort. Suite à l'incendie d'un transformateur de la centrale hydroélectrique d'Andekaleka, ayant engendré l'arrêt total de cette centrale de la JIRAMA, en janvier dernier, les travaux de réparation des trois groupes sont entièrement achevés et ceux-ci sont désormais en service. A part les réparations de ces trois groupes, l'installation du quatrième groupe G4 a été également lancée, en vue d'accroître davantage la production de l'électricité sur le Réseau interconnecté d'Antananarivo (RIA). « La mise en place de ce groupe G4 revêt une importance cruciale car elle permettra d’accroître la production d'électricité en injectant 33,2 MW supplémentaires dans le RIA.

Autrement dit, augmenter la production de la centrale d'Andekaleka de 120MW. Ce qui devrait au final améliorer l’approvisionnement en électricité de la compagnie » explique Rivo Radanielina, directeur général par intérim de la JIRAMA. Ce responsable qui est présentement sur place avec ces collaborateurs pour constater l'avancement des travaux d'installation de ce G4. Ceux-ci sont évalués à 78% car les gros œuvres telles que l'installation des turbines, l'armoire des commandes, le transformateur et autres composantes sont achevés. Pour rappel, la consommation sur le RIA est estimée à un peu plus de 250 MW. Jusqu'au moment où Andekaleka retrouve son plein potentiel, les autres centrales secondaires doivent ainsi assurer le relais pour la fourniture de la RIA, à l'instar de la centrale d'Ambohimanambola où travaille la société AKSAF qui est en mesure d'injecter près de 60 MW, la TAC de Jovena avec ses trentaines de MW, le CTA qui produit un peu plus d'une vingtaine de mégawatts, sans oublier la centrale thermique de Mandroseza qui génère près de 40 MW, la centrale hydroélectrique de Mandraka qui fournit seulement 16 MW, celle d'Antelomita et ses 8 MW, la centrale de Tsiazompaniry et ses 4 MW, celle de Sahanivotry avec ses 8 MW, et enfin la centrale solaire d'Ambatolampy qui fournit 12 MW. Il faut savoir que cette centrale hydroélectrique d'Andekaleka assure 40 % de l'électricité alimentant le RIA. Et dès qu'il y a un quelconque incident comme l’incendie qui s’est produit en début d’année, même en ayant touché une seule machine, cela laisse un gap dans la production de courant et induit à des coupures généralisées. Et comme cette centrale assure quasiment la moitié de la consommation d'électricité d'Antananarivo, l'approvisionnement dans la Capitale et ses environs restera ainsi pénalisé jusqu’à ce que les réparations soient effectuées après chaque souci technique qui surviendra là-bas. Justement, l’installation de ce G4 permettra alors d’entretenir les générateurs de la centrale par l'arrêt de l'un des groupes en dehors des heures de pointe en plus de la réduction des coûts de la production de l'électricité, car l'exploitation des sources d'énergie renouvelable est moins coûteuse.

Hary Rakotoa

Fil infos

  • Cryptomonnaie africaine - Des souscripteurs de Madagascar victimes
  • Pollution - Antananarivo étouffe
  • Akamasoa - Inauguration de l’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez
  • Energie fossile - Les ressources locales remises en question
  • Drame familial - Il assassine froidement sa tante
  • Axe Toamasina-Foulpointe - Coup d’envoi d’une réhabilitation en béton !
  • Trafic d’or aux Comores - Un directeur des aéroports et un fils de procureur devant la barre
  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
Pub droite 1

Editorial

  • Un leadership mérité !
    La Grande île recevra le prochain Panel international Cacao fin en juin 2023 à Antananarivo. Pour ceux ou celles qui sont branchés dans ce secteur porteur, il s'agit d'une victoire gagnée à bras le corps par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Consommation (MICC). Au cours de la 106 ème réunion du Conseil de l'Organisation du Cacao (ICCO) à Abidjan, le mois dernier, le 29 septembre, la délégation malagasy conduite par le ministre Razafindravahy Edgard s'était livrée à une bataille acharnée et un pari de taille pour remporter ce prochain rendez-vous à Antananarivo. De facto, Madagasikara s'est adjugé la première place mondiale dans la production de cacao. Un rang que la Grande île mérite.

A bout portant

AutoDiff