Publié dans Politique

Recrutement de fonctionnaires - L’Education nationale favorisée

Publié le jeudi, 29 septembre 2022


C’était là une priorité annoncée, en voici donc la concrétisation. Parmi les plus grandes lignes du dernier Conseil des ministres figure l’approbation d’une communication verbale relative à la répartition des 17 900 postes budgétaires, inscrits dans la loi de finances rectificative 2022. Une répartition dans laquelle l’Education nationale se taille de la part du lion.
Selon le compte rendu de la réunion hebdomadaire du Président de la République et des ministres, ces 17 900 postes budgétaires seront répartis entre les départements ministériels et institutions considérés comme étant les plus prioritaires. Parmi ces postes budgétaires, 17 200 postes sont donc destinés à l’Education, la Santé publique et la Sécurité et la Justice.
 9 800 soit plus de la moitié de la totalité des postes à pourvoir sont ainsi réservés au profit du département de l’Education nationale, 1 000 pour l’enseignement technique et 200 pour l’enseignement supérieur. Une politique de recrutements massifs est donc prévue. La priorité au niveau de l’éducation nationale devrait d’abord être de titulariser les maîtres FRAM répartis dans les établissements publics. C’est une logique s’inscrivant dans la politique du ministère pour autant que ces agents subventionnés attendent depuis des années d’être titularisés.
A titre de comparaison, 8 000 postes budgétaires ont été réservés à l’enseignement général et l’enseignement technique et professionnel pour l’année 2020. Si en 2019, 4.000 maîtres FRAM et des enseignants autorisés à enseigner ont été recrutés, en 2021, par contre, leur nombre était de 17.500. Autre concrétisation d’une priorité annoncée, l’Etat a prévu de créer ainsi 1 500 postes au profit de la Gendarmerie nationale, et 1 300 postes respectivement au niveau de la Police nationale et de l’Armée.
La Santé publique n’est également pas en reste. 1 500 postes sont disponibles au niveau du département de la Santé publique. 600 postes seront alloués au département de la Justice. Les 700 postes restants seront dévolus au recrutement de personnes au niveau de la Présidence, la Primature et 21 ministères pour compenser notamment les départs à la retraire, assurer l’opérationnalisation des Projets d’investissements publics et satisfaire les besoins en effectif. Le crédit ouvert aux dépenses courantes de la Solde est de 3 237,6 d’ariary dans la loi de finances rectificative pour 2022.
Lalaina A.

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff