Publié dans Politique

JIRAMA - Les ingérences du ministère dénoncées par l’intersyndicale

Publié le mardi, 22 novembre 2022


Une plus grande indépendance. Des syndicats au sein de la compagnie nationale de distribution d’eau et d’électricité (JIRAMA) ont interpellé les autorités compétentes notamment le ministère de l’Energie et des Hydrocarbures sur l’impérieuse nécessité de cesser toute immixtion dans la gouvernance de la société d’Etat. Ils exigent l’arrêt de l’immixtion du ministère ou des autorités du ministère de l’Energie et des Hydrocarbures dans la gestion de la JIRAMA. Cette ingérence aurait pris de l’ampleur ces derniers temps, à entendre les leaders syndicaux au sein de cette société. Une allusion certaine à la démarche du ministre de l’Energie et des Hydrocarbures de publier sur les réseaux sociaux l’identité et les photos des cadres de la JIRAMA qui passent une évaluation devant le ministre et le conseil d’administration. Une démarche qui avait été fortement dénoncée par l’intersyndicale.  « Nous lançons un appel à ne pas sacrifier les collaborateurs et les infrastructures au sein de la JIRAMA », affirment les syndicalistes devant des gens des médias. Une demande en ce sens a ainsi été formulée à la direction générale de la compagnie nationale, selon ces derniers.  Les syndicalistes dénoncent par ailleurs également la fuite en avant du ministre par rapport aux difficultés actuelles au sein de la JIRAMA.  « Nous contestons les allégations selon lesquelles les employés au sein de la JIRAMA sont les responsables de la situation actuelle », fustigent les membres des syndicats. Ils estiment en outre que les prévisions du ministère ne sont pas fondées.  « Il est possible d’atteindre les objectifs de l’engagement du Chef de l’Etat, l’énergie et l’eau pour tous, en 2025 et pas seulement en 2028 », disent-ils. Ceux-ci  laissent entendre qu’un changement à la tête du ministère pourrait être la meilleure solution si celui en place dit ne pas arriver à atteindre cet objectif. Une rencontre avec la direction au sein de la société d’Etat s’est tenue hier avant la déclaration faite à la presse. Les membres de l’intersyndicale brandissent en tout cas la menace d’une manifestation si la situation ne connaît pas des changements.
La redaction


Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff