Publié dans Politique

Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année

Publié le mercredi, 25 janvier 2023


L’exportation de crabes est une des filières en bonne santé, ces deux dernières années. Les redevances perçues durant l’exercice de 2022, suivant les chiffres arrêtés le 31 décembre au ministère de la Pêche et de l’Economie bleue (MPEB), étaient de 2,31 milliards d’ariary. Elles n’étaient que de 590,3 millions d’ariary l’année précédente. Les recettes versées dans les caisses de l’Etat ont donc quasiment quadruplé.
Pourtant, les quantités exportées ont quasiment stagné : 2 314 tonnes en 2021 contre 2 366 tonnes l’année passée. Pour la petite comparaison, le total des redevances encaissées en 2018 n’était que de 175,15 millions d’ariary pour 3 091 tonnes exportées. Il était donc loin du montant final de 2022 pour presque le même volume exporté.
La performance obtenue par la filière crabe n’est pas le résultat des événements fortuits. Elle coïncide avec l’arrivée du nouveau ministre, le jeune Dr Mahantante Tsimanaoraty Paubert, à la tête du département. Cet enseignant-chercheur à l’Institut halieutique et des sciences marines (IHSM) à l’université de Toliara est un fin connaisseur des domaines de la pêche et de l’économie bleue.
Le natif d’Ambovombe Androy, avant de devenir un grand commis de l’Etat, a évolué au sein des organisations de la société civile militant pour la bonne gouvernance, la transparence, la protection de l’environnement et l’efficacité des actions en faveur des communautés. Outre ses nombreuses expériences professionnelles, il a bénéficié d’un programme de formation en leadership dispensé aux Etats-Unis qui a fait de lui un leader exemplaire.
Avant de prendre les rênes du MPEB, le Président Andry Rajoelina lui a demandé de redresser le secteur de la pêche à Madagascar et de promouvoir l’économie bleue au profit de la croissance. Les consignes données ont atteint les bonnes oreilles. Le jeune ministre Paubert et son équipe ont entrepris de ramener la barque en eau calme. Certes, tant d’irrégularités ont sérieusement chaviré le département auparavant.
Pour les mesures appliquées, le taux de redevances varie d’une année à une autre. Il était, par exemple, de 150 ariary par kilo pour les produits congelés et de 400 ariary par kilo pour les crustacés vivants en 2021. Le moment est venu pour le nouveau ministre et son équipe de mener la réforme. Le taux est ainsi révisé à la hausse pour devenir 1 000 ariary par kilo pour les congelés et 900 ariary par kilo pour le vivant.
L’on a aussi entamé l’application du système de quota en 2021 où les restrictions liées à la pandémie ont réduit les activités de collecte et l’exportation. L’année passée, l’exportation est ouverte à toutes les sociétés. Mais seulement cinq sociétés chinoises peuvent exporter les crabes vivants vers la Chine. Entre autres, la persistance de la Covid dans ce pays pose problème pour les autres exportateurs.
Selon les données officielles, 24 exportateurs et 98 collecteurs ont opéré en 2022. Les mêmes exportateurs sont toujours en activité pour cette année. Le nombre de collecteurs agréés pourrait légèrement changer. Le volume d’export prévu jusqu’au 31 décembre est de 4 750 tonnes pour générer des redevances estimées à 4,47 milliards d’ariary.
M.R.

Fil infos

  • Aéroport d’Ivato - Descente du Président Andry Rajoelina
  • Développement - Une mission spéciale de la Banque mondiale à Madagascar
  • Tentative de vol à l'aéroport international d'Ivato - La douane désavoue Jackson Jaojoby
  • Actu-brèves
  • Candidats à la Mairie - Le sort de la Capitale reste dans le flou
  • ACTU-BREVES
  • Nouveau Gouvernement - Les lobbyings agitent en coulisses
  • Eradication de la poliomyélite - Fy, jeune influenceuse et défenseuse des jeunes pour la vaccination
  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
Pub droite 1

Editorial

  • Rendez-vous planétaire !
    Le gotha monde du sport à l’échelle planétaire se retrouve à Paris du 26 juillet au 11 août 2024. La capitale française, l’épicentre des rencontres sportives de haut niveau, accueille pour la troisième fois les Jeux olympiques d’été après 1900 et 1924. La France toute entière et les délégations s’impatientent d’assister à de grandes compétitions.Les Jeux olympiques s’organisaient pour la première fois en l’an 776 avant JC à Olympie, en Grèce. Il s’agissait au tout début d’une manifestation à caractère sportif et religieux.

A bout portant

AutoDiff