Publié dans Politique

Bureaux des ex – conseillers à Ambohitsorohitra - Transport illicite de matériels vers le domicile d’Hugues Ratsiferana

Publié le dimanche, 27 janvier 2019

Aberrante. Tel pourrait – on qualifier la scène qui s’est passée hier du côté  du bâtiment abritant les anciens bureaux des ex – conseillers auprès de la Présidence, durant le régime HVM. Lesdits bureaux, plus précisément au sein de la direction Agence malagasy de développement économique (ADMP) au 2ème et 3ème étage, sont situés à proximité du Palais d’Ambohitsorohitra. Vers 8 heures de la matinée, le départ d’un camion transportant des matériels à son bord a attiré l’attention. Alertés par des témoins, les journalistes ont pu faire le déplacement sur les lieux pour constater de visu la situation. Effectivement, le camion effectuait déjà son 2ème voyage avec des matériels composés de fournitures de bureaux et de matériels informatiques qui ont été transportés vers le domicile d’un ancien conseiller auprès de la Présidence, Hugues Ratsiferana à Ampasanimalo. Pourtant, un inventaire des matériels a déjà été effectué après l’investiture même du Président, Andry Rajoelina le 19 janvier dernier. Ceux qui transportaient les matériels n’avaient en leur possession aucun papier. Pire, l’intendant du Palais d’Ambohitsorohitra n’était pas au courant de cette opération alors qu’il est le premier responsable qui doit être avisé pour ce genre d’opération. Un dénommé Tantely aurait dirigé cette action et n’avait même pas pris la peine d’appeler ledit intendant du Palais.

 

Effraction 

D’après toujours les constats sur les lieux, la porte des bureaux a été forcée pour récupérer lesdits matériels. Ce qui amène donc à la conclusion que ceux qui ont dirigé cette opération ont tout simplement recouru à une entrée par effraction. Les responsables du Palais ont ainsi fait appel à un huissier qui a effectué un constat des faits sur les lieux avant de faire le déplacement au domicile d’Hugues Ratsiferana à Ampasanimalo. A cet endroit, des matériels transportés au cours de la première vague y ont déjà été déposés. En présence des avocats et du directeur des études juridiques auprès de la  Présidence, l’ancien conseiller d’Ambohitsorohitra a reconnu ses torts incluant la violation des procédures dans ce genre d’opération. Les matériels ont donc été ramenés à Ambohitsorohitra et il devra montrer des documents pour justifier qu’il avait le droit de transporter lesdits matériels. Pour le moment, le véritable propriétaire de ces matériels reste flou. En tout cas, ces fournitures proviennent de dons dans le cadre de l’organisation du 16ème  sommet de la francophonie dont Madagascar a été le pays hôte en 2016. A priori, ces dons devraient donc revenir à l’Etat Malagasy mais ne pas finir entre les mains d’un particulier. Dans ce cas, cela prend l’allure d’un détournement. Un fait qui n’est malheureusement pas rare chez certaines institutions et ministères qui se voient complètement dépouillés de tous les meubles au départ des anciens locataires. Ce genre d’agissement égoïste foule au pied les principes de service public et d’intérêt commun de la part d’anciens hauts fonctionnaires de l’Etat !

  La rédaction 

 

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff