Publié dans Politique

Délivrance de passeport national - Désormais, un pouvoir régalien du ministère de l’Intérieur

Publié le dimanche, 24 février 2019

Strict respect de la loi. Le pouvoir de délivrer le passeport national  à toute personne majeure de 21 ans et de nationalité malagasy,
évidemment,  reviendra au ministère de l’Intérieur. Il s’agit en sorte d’un retour à la normale dans le respect de la loi n°91-025 du 12 août 1991.
Cette loi stipule en effet que la délivrance du passeport national est de la compétence du ministère de l’Intérieur. Ce pouvoir a été transféré à la Police nationale au début des années 2000 après la création du ministère de la Sécurité publique auquel fait partie de la Police nationale. Auparavant, c’est toujours le ministère de l’Intérieur qui délivre ce principal document de voyage à tous les Malagasy qui en ont besoin.  « Le passeport figure parmi les documents d’identification relevant du  domaine des libertés fondamentales, sa délivrance ne peut –être ainsi confiée à un ministère technique à l’instar du ministère de la Sécurité publique » explique un juriste. C’est le cas également du permis de conduire et de la carte d’identité nationale, tous des documents d’identification, et dont la délivrance incombe entièrement au ministère de l’Intérieur à travers ses démembrements, les Communes ou les centres d’immatriculation.

Concernant ces pièces d’identité officielle, la Haute Cour constitutionnelle dans sa décision a mis en clair, et notamment sur le permis de conduire, que sa délivrance relève des missions de souveraineté de l’Etat donc du ministère de l’Intérieur. Cette décision de « re-confier » la délivrance  du passeport aux hommes du bâtiment de la patte d’éléphant est ainsi un retour à la source. C’est tout à fait illogique en effet de confier la délivrance du document à la Police nationale devenue par la force des choses,  juge et partie. Ainsi, les éléments de la sécurité publique auront désormais à se concentrer sur leur principal rôle  à savoir le contrôle. Ainsi   « chacun  son métier, les vaches seront bien gardées » comme le dit bien la citation. Un changement de direction qui n’affecte pas pourtant les demandeurs du document. Cependant, ils s’attendent à une amélioration des services proposés par le ministère de l’Intérieur. « La Police nationale a fait de son mieux mais l’insatisfaction demeure toujours. Nous espérons que l’administration relève le défi de satisfaire la demande toujours croissante et ce dans le bref délai », note un détenteur de ce document de voyage. Que la procédure de demande et d’acquisition ainsi que le traitement des dossiers, renchérit un autre, se fassent dans la transparence afin que notre satisfaction ne soit pas conditionnée par un dessous- de- table. Sur ce point précis, le Gouvernement de Ntsay Christian et ce suite à  l’instruction du Président Andry Rajoelina, devra mettre en œuvre le standard de service public dans un délai de 3 mois. Cette charte de service public doit être affichée et appliquée dans tous les bureaux de l’administration publique… Bref, un moyen parmi tant d’autres pour
lutter contre la corruption.
 La Rédaction

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff