Publié dans Politique

Etudiants des universités publiques - Une mentalité d’éternels assistés

Publié le dimanche, 03 mars 2019

Augmentation de 100% du montant des bourses d’études, refus catégorique de l’augmentation du loyer des cité U qui passe de 700 ariary à  1 400 ariary, eau et électricité comprises; bénéfice à 100% gratuit de connexion internet, etc. Telles sont, entre autres, les  revendications des étudiants de l’école polytechnique de Vontovorona à travers les violentes manifestations sur la voie publique de ces derniers jours, lesquelles se sont soldées par des heurts avec les Forces de l’ordre. Une situation qui, si l’on se réfère à ce qui prévalait dans les universités malagasy dans les années 70-80, est une aberration pure et simple.

Il faut savoir en effet que, en ce qui concerne les bourses d’études universitaires, elles n’étaient pas toujours ce qu’elles sont à l’heure actuelle. Elles étaient octroyées suivant des critères de sélection très rigoureux qui, eux-mêmes, dépendaient de divers paramètres. Outre la situation sociale du demandeur, il y avait aussi les critères pédagogiques. Concrètement, le postulant devait justifier non seulement sa situation de précarité mais aussi ses performances estudiantines (notes, assiduité). Et bien même que l’étudiant ait rempli les conditions requises, le montant accordé variait d’un boursier à l’autre : 1/3, 2/3 ou entier, selon la situation de chacun. Dans tous les cas, les bourses d’études universitaires  n’étaient pas octroyées d’une manière systématique au point de devenir, comme c’est le cas actuellement, pratiquement un droit pour les étudiants inscrits…

L’on ne sait plus depuis quand exactement cette question des bourses d’études est devenue l’un des principaux et sempiternels problèmes de l’enseignement supérieur. Outre le paiement qui, bizarrement, semble ne pas être inscrit dans la ligne de dépense des établissements concernés alors qu’il est parfaitement prévisible à partir du moment où la liste des bénéficiaires (c’est-à-dire pratiquement tous les étudiants inscrits) est connue, son montant figure systématiquement parmi les revendications des mouvements estudiantins chaque année. Les étudiants s’estiment en effet qu’ils sont en droit de réclamer que, ce qui leur est déjà accordé gracieusement par l’Etat,  soit constamment revu à la hausse en fonction de leurs besoins. Vu sous cet angle, les bourses d’études sont donc devenues de véritables salaires, (en contrepartie de quoi ? nul ne le sait), tandis que les bénéficiaires ne sont autres que des « étudiants professionnels ».

L’on ignore si les étudiants-grévistes d’aujourd’hui sont bien conscients de l’incongruité de la situation, surtout si l’on se réfère à celle qui prévalait au pays auparavant. Il faut savoir en effet que bon nombre de sortants des universités publiques qui sont actuellement dans la vie active n’ont pas bénéficié de bourses étatiques. Pour financer leurs études, beaucoup de ces non-boursiers, qui ne sont pas toujours issus d’une famille aisée ou dans une situation financière confortable, ont dû faire preuve de débrouillardise en dénichant des jobs d’étudiant ou de vacance. L’absurdité de la situation est qu’actuellement donc, les étudiants exigent d’être payés pour étudier, autrement, ils sèchent les cours, barrent les routes et caillassent les Forces de l’ordre.

Dans tous les cas, il ne faut guère s’étonner si, à diplômes censés être égaux, les recruteurs jettent leur dévolu sur les sortants des établissements privés au détriment de ceux issus de l’enseignement supérieur public. Autant les premiers sont réputés pour leur capacité à faire face aux difficultés, voire à l’adversité, autant les seconds se considèrent comme d’éternels assistés et se font passer pour de violents contestataires en puissance.

La Rédaction

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff