Publié dans Politique

Forêt de Vohibola - Menacée de disparition à cause des trafiquants !

Publié le mercredi, 06 mars 2019

Alors que le Président Andry Rajoelina lance le vaste chantier de reboisement dans tout Madagascar, d’autres font le contraire en voulant faire disparaître les forêts malgaches. C’est le cas notamment sur la côte Est de Madagascar où se trouve la forêt de Vohibola, menacée de disparition face aux actions néfastes des trafiquants qui, en plus, massacrent des espèces de primates. Les trafiquants, selon les informations émanant des témoins, bénéficieraient de la bénédiction et de la protection de certaines autorités locales qui restent les bras croisés. « Et pourtant, cette forêt pillée jour et nuit par les trafiquants en tout genre est classée aire protégée. Sans la moindre inquiétude, des gens coupent les bois  de cette dernière forêt littorale de la côte Est de la Grande île et tuent sans pitié les espèces endémiques qui s’y trouvent. En moins d’une semaine, les trafiquants et les charbonniers ont dévasté plusieurs hectares de forêt. Des centaines de bois, ronds et carrés, débités à la va-vite y prennent petit à petit la place. Des centaines de sacs de charbon quittent le lieu pour être embarqués dans des bateaux. La disparition de la forêt de Vohibola semble si proche. Pire, des animaux comme les « avahilaniger » subissent également la sauvagerie de ces humains.

« On a constaté  une centaine de ces espèces de primate massacrées à coups de pierre. Et des dizaines de Varis ont été empoisonnés volontairement », affirme un témoin, dépité par l’ampleur des dégâts occasionnés par les malfaiteurs qui paraissent en mission commandée. Face à ces trafiquants armés, les fokonolona n’osent pas intervenir et n’ont que leurs yeux pour pleurer. Plus d’un craint à ce que la forêt de Vohibola disparaisse en un temps record comme l’a été celle de Tampolo (Fénérive- Est) rayée de la carte en deux semaines. « On lance un appel aux autorités centrales pour qu’elles réagissent le plus rapidement possible. La forêt de Vohibola tient un rôle principal tant dans le domaine environnemental que touristique », crient en chœur les écologistes qui en même temps dénoncent la complicité des responsables locaux. « La descente sur place du nouveau ministre de l’Environnement est plus que souhaitée pour ne pas dire  obligatoire afin qu’il puisse constater de visu les méfaits des brigands », renchérit un gérant d’un tour- opérator dont la crainte de voir les touristes, friands d’espèces endémiques, tournés le dos à cette région est plus que compréhensible. La forêt de 1000 ha de Vohibola, en effet, renferme des richesses inestimables d’une importance mondiale à travers ses trésors animaliers. C’est là que vivent la plus petite grenouille et le plus petit caméléon  du monde dont la découverte remonte en 2012. Elle abrite aussi sept espèces de lémuriens, 39 espèces d’amphibiens et de reptiles et des espèces végétales menacées d’extinction. Un appel de la dernière chance est véhiculé sur les réseaux sociaux et une pétition lancée depuis quelques jours pour sauver la forêt de Vohibola dont la renommée a largement dépassé les frontières malgaches.
 La Rédaction

Fil infos

  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau
  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • Liaisons dangereuses !
    Sans vouloir aller trop loin pour décrypter l’œuvre épistolaire écrite par le français Pierre Choderlos de Laclos intitulée « Liaisons dangereuses » et publiée le 23 mars 1782 (Wikipédia), nous nous intéressons tout de même à certain parallélisme des faits. Dans la vie d’un ménage au sein de la petite famille, les tentations aux aventures ou à des liaisons extra-conjugales menacent à tout moment la solidité de la vie d’un couple et la cohésion familiale. Elles mettront toujours en danger l’avenir immédiat et à long terme de tous les membres de la famille (parents et enfants). Evitant de mettre les pieds dans la plate-bande des autres ou s’immiscer dans les affaires des directeurs des âmes ou des juges, nous nous limitons à dire que les liaisons dangereuses nuisent à la sérénité et à l’unité de la famille.Le parallélisme des faits entre la vie d’un couple au sein d’une famille avec…

A bout portant

AutoDiff