Publié dans Politique

Suspicions de détournement - Deux anciens ministres auditionnés au BIANCO

Publié le vendredi, 08 mars 2019

Lanto Rasoloelison et Ulrich Andriantiana. Ces deux anciens ministres ont été auditionnés par les enquêteurs du BIANCO hier. L’enquête qui est encore à ses débuts concerne des affaires au sein du FER (Fonds d’entretien routier). Les bruits d’informations mentionnent un soi-disant détournement de deniers publics  ainsi que le non-respect de procédure en déblocage de fonds. A noter que le FER, dont les ressources viennent des taxes sur les produits pétroliers entre autres, gère des milliards d’ariary conçus à la construction ou à la réhabilitation des routes. A voir de très près les états des routes tant dans la Capitale que sur les nationales, plus d’un s’interroge sur l’utilisation de l’argent collecté par ce Fonds.

Des interrogations qui emmènent certains à conclure que les fonds ne seraient pas utilisés à bon escient par les responsables dont les têtes dirigeantes ne sont autres que ces ministres enquêtés par le BIANCO. De là à déduire, pourtant, à la culpabilité de Lanto Rasoloelison et Ulrich Andriantiana, c’est  un pas que des observateurs n’osent pas encore effectuer. Il faudrait en effet attendre l’issue des enquêtes des autorités avant de conclure quoi que ce soit. Il est certain que dans un futur proche, les dossiers concernant cette affaire atterriront sur la table des juges du Pôle anticorruption (PAC)à l’instar de ceux de l’ancien Premier ministre et également ministre de la Décentralisation, Mahafaly Solonandrasana, épinglé dans les dossiers de subvention exceptionnelle et marchés fictifs. Avant eux, un autre ministre de l’ancien régime est lui aussi passé à l’étape du BIANCO et celle du PAC en l’occurrence Anthelme Ramparany. Pour celui-ci, l’enquête s’est axée sur l’affaire des bois de rose saisis à Singapour dans lequel son nom est cité pour avoir avalisé l’authenticité des dossiers d’expédition de ces marchandises interdites à l’exportation. A l’issue du déferrement du dossier devant le PAC, la secrétaire particulière du ministre a été placée en détention préventive à Antanimora contrairement à son supérieur qui hume encore l’air libre en attendant son procès à la Haute Cour de justice (HCJ) qui a déjà entre ses mains le dossier.

C’est certain que les affaires concernant Lanto Rasoloelison et Ulrich Andriantiana suivront aussi le même chemin.

La Rédaction

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff