Publié dans Politique

Toamasina - 40 kg d’héroïne saisis sur la route nationale 5

Publié le lundi, 22 avril 2019

Grosse prise par la Force d’intervention de la police (FIP) hier sur la RN5. Le service de renseignement de la présidence (CIS) a informé il y a un mois l’existence d’un trafic d’héroïne dans cette partie Est de l’île. Et hier, ce service a demandé à la douane de Toamasina d’interpeller une Range Rover venant de Mahambo, suspectée de transporter une quantité non-négligeable d’héroïne. La marchandise aurait été introduite à Sainte- Marie pour être distribuée dans toute l’île ou réexpédiée vers d’autres destinations hors des frontières malagasy.  Fort de ce renseignement, le service de la douane a sollicité le FIP de l’accompagner sans toutefois lui dévoiler la mission. Une fois sur place à Ambodimanga, la voiture avec à son bord cinq ressortissants africains pointait son nez et fut de suite arrêtée. Le temps que le service douanier explique à la Police la raison de cette interpellation,  la voiture démarrait en trombe. Une course-poursuite engagée entre le puissant véhicule des trafiquants et la 4x4 des policiers. Désavantagés par la puissance de la voiture, ces derniers sont pourtant avantagés par la connaissance de la route contrairement aux fuyards.

A preuve, en cours de route, ils se sont engouffrés dans une voie sans issue et pris comme des lapins dans un piège à Antseranampasika. Cependant, les occupants de la voiture, armés selon des témoins, ont pu prendre la fuite à pied en jetant dans la rivière deux sacoches. Chaque sacoche contient 20 kg d’héroïne répartis dans 20 sachets de 1 kg. Soit 40 kg de drogue dure d’une valeur estimée à 8 milliards Ar.  La recherche de ces cinq africains bat actuellement son plein dans la capitale de l’Est et ses environs. D’autant plus que les renseignements avancent que ces trafiquants auraient introduit d’autres sacoches bourrés d’héroïne à Madagascar.
La Rédaction

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff