Publié dans Politique

Lutte contre les violences - Mialy Rajoelina roule pour un Tribunal spécial

Publié le jeudi, 25 avril 2019

Osons exprimer d'une seule voix « oui à la bienveillance, non à la violence ». Tel est le message fort lancé par Mialy Rajoelina, Première Dame récemment nommée ambassadrice de lutte contre la violence basée sur le genre (VBG) et le mariage précoce à Madagascar. Quelques jours après l'attribution de sa nouvelle mission par le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), l'ambassadrice de lutte et non moins présidente fondatrice de l'association Fitia vient de lancer officiellement la campagne de sensibilisation se rapportant à ces 2 luttes, hier au CCI Ivato. La mise en place d'un Tribunal spécial dans le traitement des cas de VBG ou encore l'adoption de la proposition de loi relative à la lutte contre ce fléau font partie des priorités, selon l'ambassadrice en question.

Un pool de 34 magistrats assurera l'opérationnalisation de la chaîne spéciale de lutte contre les VBG auprès du Tribunal de première instance (TPI), de la Cour d'appel et de la Cour de cassation. Après celui d'Antananarivo, la mise en place de ce Tribunal spécial se fera progressivement auprès des régions, à en croire Salohy Randrianarisoa, directeur général des Affaires judiciaires, des études et des réformes auprès du ministère de la Justice.

La prévention dans la proposition de loi

Outre la chaîne spéciale, l'élaboration d'une proposition de loi contre les violences basées sur le genre figure parmi les activités fortes de lutte menée par Mialy Rajoelina, l'association Fitia et ses partenaires. Actuellement entre les mains du ministère de la Justice, la proposition de loi passera à la Commission de réforme du système pénal (CRSP), laquelle se compose de divers départements. Elle sera ensuite soumise aux instances compétentes pour son adoption. « Les mesures préventives, auparavant inexistantes, démarquent la proposition de loi. Pour ce faire, une structure de coordination nationale de lutte contre les VBG sera créée. A cela s'ajoutent les mesures répressives, réclamant des peines fermes, face aux nombreux cas de violence. Un mari qui interdit sa femme de travailler, une entrave aux droits de l'homme et au développement, pourra être sanctionné», explique notre source auprès du ministère de la Justice. D'un autre coté, la proposition de loi avance des mesures de protection, des procédures pénales ou encore la prise en charge et le redressement des victimes.

Pour briser le silence

« Une rencontre avec les responsables auprès du ministère de la Défense nationale et celui de Justice a récemment eu lieu afin de discuter de la lutte contre la violence basée sur le genre. La mise en place d'une structure de prévention, la prise en charge des victimes ou encore les sanctions envers les auteurs ont été abordées à l'occasion », déclare l'épouse du Président de la République, dans son discours de bienvenue. L'objectif étant de renforcer à la fois la prévention, les sanctions envers les auteurs et la prise en charge des victimes. La campagne de sensibilisation vise à encourager les survivants à briser le silence. Sur 100 personnes victimes de violence, 95 sont des femmes et 5 des hommes, selon les informations recueillies. Pourtant, 60% d'entre elles n'osent se plaindre en se référant à l'adage malagasy « ny tokantrano tsy ahahaka » (les affaires conjugales ne doivent être divulguées à quiconque). La preuve, les centres d'écoute et de conseils juridiques (CECJ) n'ont reçu que 11 plaintes depuis janvier 2019. « Je tiens à lancer un appel à tout un chacun à se donner la main dans la lutte contre la violence, n'importe où et dans n'importe quel secteur. Educateur, institution, association, autorités hiérarchiques, vous et moi pourrons apporter notre contribution pour stopper la violence », s'adresse la Première Dame. Pour la lutte contre le mariage précoce, la présidente de l'association Fitia mise sur les sensibilisations des parents et des enfants. Les droits des enfants, notamment à l'éducation, devraient également être mis en exergue.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff