Publié dans Politique

Le Président Andry Rajoelina exige : - La baisse des prix des carburants - La hausse des salaires du secteur privé

Publié le dimanche, 28 avril 2019

Les ménages malagasy devraient être contents. Ces derniers qui réclament depuis toujours des solutions pour alléger leurs charges, ont trouvé une oreille attentive auprès du Président Andry Rajoelina qui est dans les dispositions de satisfaire à leur demande. Durant les trois heures de la présentation du bilan des cent premiers jours de son quinquennat et des perspectives du mandat, au Palais des sports de Mahamasina hier dans l’après-midi, le Président malagasy Andry Rajoelina a fait quelques déclarations de taille. Il  annonce notamment mener une bataille auprès des compagnies pétrolières pour exiger la baisse des prix des carburants dans la Grande-île et auprès des fournisseurs de la JIRAMA pour les exhorter à réduire les coûts de location de leurs groupes électrogènes et donc du prix de l’électricité.

Le Chef de l’Etat estime en effet que des réductions sur les prix des carburants sont possibles si les compagnies pétrolières diminuent leurs marges en matière de fret et de distribution de carburant. Une évaluation menée sur le juste prix du fret confirmerait que les compagnies dans le pays prendraient en effet une marge de 120 ariary par litre. Celles-ci affirment que le prix de la tonne métrique est de 68 dollars à l’arrivée à Madagascar. « Une agence a enquêté auprès d’un expéditeur lequel affirme que le coût de la tonne métrique devrait être de 18,24 dollars. La marge, c’est le peuple malagasy qui le paie avant même d’acheter le carburant à la pompe », s’insurge le Président Andry Rajoelina.

 Les compagnies pétrolières feraient encore plus de marges bénéficiaires sur la distribution. Ces dernières prendraient en effet une marge de 124 dollars par tonne métrique. Par comparaison, en Afrique du Sud, les compagnies prennent 50 dollars, au Botswana 53 dollars, à Maurice 56 dollars, au Kenya 65 dollars. « Si nous leur demandons de baisser leurs marges à 68 dollars, le prix du litre devrait encore baisser de 198 ariary par litre », affirme le Chef de l’Etat.

Bataille

Pour ce qui est du prix de l’électricité, le Président Andry Rajoelina estime que les contrats de la JIRAMA avec ses fournisseurs devraient être révisés. En effet, le Chef de l’Etat a missionné un audit, mené par un cabinet d’audit reconnu. Un audit a révélé des incongruités. « Un fournisseur à Toamasina affirme que la puissance installée est de 32 Mw pour une puissance fournie de 15 Mw seulement. Pourtant, nous devons toujours payer le 32 Mw. C’est du vol et je n’accepterai jamais cela », fustige-t-il, annonçant une convocation prochaine des pétroliers.

Et lui de rappeler que le régime de la Transition n’a jamais subventionné les compagnies pétrolières et la JIRAMA. Pourtant, au contraire, durant la Transition les prix de la compagnie d’électricité ont été réduits de 10%. Depuis 2015 pourtant, la JIRAMA a obtenu des subventions colossales. De 2015 à 2018, 379 millions de dollars ont été transférés à titre de subventions à la JIRAMA. Des subventions qui ne profitent qu’à quelques sociétés, fustige le Chef de l’Etat, lequel s’est ainsi engagé à mener bataille, avec l’appui de la population, contre les pétroliers et les fournisseurs de la compagnie nationale d’eau et d’électricité.

Face aux menaces des compagnies pétrolières et des fournisseurs de la JIRAMA de bloquer la livraison de gasoil et de couper la fourniture en électricité, le Président malagasy appelle à ne pas s’inquiéter. « Il vaut mieux, dit-il, vivre dans le noir durant quelque temps et vivre dans la lumière pour toujours par après », s’engageant par la suite à mener combat, dès cette semaine, auprès des fournisseurs de la JIRAMA pour réduire les prix de location des groupes électrogènes et auprès des compagnies pétrolières pour diminuer les prix des carburants.

Une bataille sera également menée par le Président Andry Rajoelina auprès du secteur privé, pour exiger une hausse du salaire minimum qui est actuellement de 168.000 ariary. « Ce salaire est trop bas. Il ne permet pas à une famille de vivre », regrette le numéro Un de l’Etat, qui annonce vouloir batailler auprès des représentants du secteur privé pour augmenter ce salaire à 200.000 ariary, qui constitue un de ses engagements lors de la campagne électorale pour la présidentielle.

La rédaction

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff