Publié dans Politique

« Fihariana » - Trois projets financés 

Publié le lundi, 20 mai 2019

Appui financier. Dans la création d’entreprises, le financement est toujours un problème majeur. Afin d’y remédier, l’Etat, en collaboration avec des partenaires comme la SONAPAR (Société nationale de participation), ont donc mis en place le programme « Fihariana », le projet national pour le développement de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. Ce programme a débuté officiellement avant-hier, en octroyant des subventions à trois projets. La première subvention d’un montant de 19 672 800 ariary est attribuée à Mialitia Faniriantsoa Razafindralambo, porteur du projet « Kifeko » lequel se concentre surtout sur la production et la transformation de produits laitiers. Le second projet, baptisé « Karepoka » et créé par Mitia Hairanto Rafieferana, a quant à lui obtenu un financement de 18 728 000 ariary. Ce projet consiste à produire des chips « Vita Malagasy » sans additifs chimiques et à base de manioc. Quant au dernier projet « Avi Green », son porteur Anissa Soardirdine a reçu 15 000 000 d’ariary pour étendre sa production de pavés autobloquants fabriqués à base de déchets plastiques. « Ces subventions seront tout de suite attribuées à l’achat de matériels et à l’extension des activités de l’entreprise », notifie un responsable du programme.


Pour précision, ces projets sont les lauréats du concours « Fihariana Contest », organisé en septembre dernier par le Président Andry Rajoelina. Et aujourd’hui, cette compétition est devenue l’actuel programme national dédié à l’entrepreneuriat. Les objectifs principaux consistent à mettre au service du développement la potentialité et le savoir-faire des jeunes, ainsi que la valorisation de la création d’emplois. Tout comme l’a souvent répété le Président de la République : « nous avons toujours habitué nos jeunes à trouver un emploi. Désormais, nous allons changer cette habitude. Et nous ferons en sorte qu’ils en créent en appuyant leur initiative ». Ces trois projets ouvrent ainsi la porte aux différentes idées innovantes et aux entrepreneurs en quête d’appui pour élargir leurs horizons.
« Au tout début, une entreprise doit passer par plusieurs épreuves. Mais rappelez-vous que les grandes entreprises d’aujourd’hui sont aussi passées par là avant d’arriver au stade où elles en sont maintenant. Nous avons la chance de bénéficier de l’appui de l’Etat. Donc, vous devez travailler dur et ayez confiance en votre projet », a soutenu Vazosoa Rakotondrabary lors de la prise de parole au nom des lauréats de
« Fihariana Contest », à l’occasion du lancement officiel du programme afin d’encourager les milliers de jeunes présents. De ce fait, tous les jeunes entrepreneurs peuvent d’ores et déjà déposer leur dossier auprès des Chambres de commerce et d’industrie pour obtenir eux aussi un financement.
Rova Randria

Fil infos

  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés
  • Fonds routier - Rencontre entre le Président et les entrepreneurs impayés 
  • Déchéance du Président de la République - La HCC renvoie l’Opposition à ses études
Pub droite 1

Editorial

  • Bilan mitigé !
    L’heure du bilan sonne. Le mandat de cinq ans des membres du Conseil pour le fampihavanana malagasy (CFM) tire à sa fin. Présidé dans un premier temps par le feu Général Charles Rabotoarison, Maka Alphonse prend le relais. La mission essentielle consiste à mettre en œuvre le « processus de réconciliation nationale » de telle manière que les blessures laissées par les crises, notamment à partir de 2002, soient guéries et par la suite instaurer un climat d’apaisement pour asseoir enfin l’unité nationale. Une noble mission à laquelle tout dirigeant politique sérieux et tout concitoyen responsable doivent assumer.

A bout portant

AutoDiff