Publié dans Politique

Coupe d'Afrique des Nations - « Aucune raison de craindre la RD Congo »

Publié le mercredi, 03 juillet 2019

Deux défaites face à la RD Congo. C'est le triste bilan des rencontres livrées par les Barea face à la RD Congo, avant les 8e de finales de ce dimanche à la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2019. C'est dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2017 que les deux formations se sont rencontrées pour la dernière fois. Les Congolais prenaient le dessus à l'aller, 2 à 1, et au retour à Mahajanga, 6-1. C'est ce large succès au stade Rabemananjara que les fans de la RD Congo exhibent sur les réseaux sociaux, depuis hier, pour démontrer que les Barea sont largement à la portée de leur équipe.

 

Un argument balayé d'un revers de main par l'entraîneur des Barea à l'époque, Franck Rajaonarisamba. « Cette rencontre à Mahajanga ne peut être considérée comme référence tant pour nous que pour les Congolais. C'était une rencontre  qui n'a plus son importance pour les Barea », explique le technicien. Il a par la suite fait une révélation que son équipe n'a effectué la moindre préparation digne d'une rencontre internationale. « Nous n'avons fait que deux jours de regroupement et la fédération nationale a décidé de n'appeler que trois expatriés dont Johan Paul qui prenait à cette rencontre sa retraite internationale. Ainsi, le groupe a pris cette confrontation à la légère », souligne-t-il. Pour lui, le match de référence, si on veut le considérer ainsi, c'est le match aller. « Avec cinq expatriés, les Barea ont pu tenir tête aux Congolais et il a fallu de peu pour que la rencontre ne se termine sur un score de parité de deux buts. Dafé a eu la balle d'égalisation à la dernière minute mais a raté la cage », se souvient Franck Rajaonarisamba.

D'après ce dernier, il faut effacer dans l'esprit des malagasy cette double confrontation perdue devant les Congolais. L'ancien entraîneur des Barea avance sans ambages qu'il n'y a aucune raison de craindre la RD Congo au match de ce dimanche.

«  Pour cette CAN 2019, Madagascar a fait une bonne préparation et possède des éléments capables de bousculer leurs adversaires. Ils s'affirment et trouvent leur automatisme au fur et à mesure que la compétition avance. En se référant aux trois matchs de groupe, je constate que les Barea ont un fond de jeu plaisant et ils ont la mentalité qui, malheureusement, nous a fait défaut auparavant », précise le coach actuel de Fosa.

Selon Franck Rajaonarisamba, les points forts des Congolais résident sur leur vélocité et leur physique. Cependant, ils sont techniquement et tactiquement au-dessous des Barea, analyse le technicien malagasy. Sans hésiter, il estime que les Congolais sont loin d'être un obstacle pour les Barea de passer au 3e tour de la CAN 2019. Croisons les doigts.

Rata

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff