Publié dans Politique

Assemblée nationale - Des lobbyings pour rien

Publié le mercredi, 03 juillet 2019

Mardi, la Haute Cour constitutionnelle a proclamé les résultats officiels des élections législatives. Les députés se réuniront pour leur première session le mardi 16 juillet prochain. A l'ordre du jour figure notamment l'élection du président de l'Assemblée nationale et du bureau. L'heure est actuellement aux lobbyings au sein du Palais de Tsimbazaza. A la suite de la mise en place de l'Assemblée nationale, la démission du Gouvernement Christian Ntsay est attendue par certains observateurs. Et ce pour se conformer à l'article 54 de la Constitution qui dispose que : « Le Président de la République nomme le Premier ministre, présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l'Assemblée nationale.

Il met fin aux fonctions du Premier ministre, soit sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement, soit en cas de faute grave ou de défaillance manifeste ». Etant entendu que l'Isika rehetra miaraka amin'ny Prezida Andry Rajoelina est actuellement majoritaire à l'Assemblée nationale, la présentation du nom du Premier ministre est une attribution qui lui est conférée par la loi fondamentale.

Dans cette perspective d'un remaniement gouvernemental, certaines personnalités hautement placées se serviraient de leurs positions pour marchander des postes ministériels. Ces personnalités tireraient les ficelles en coulisse et mèneraient des lobbyings pour convaincre les nouveaux députés élus sous la bannière indépendante d'adhérer à l'initiative présidentielle. Parvenir à faire rallier des députés à la cause du Président de la République serait pour ces personnalités leur manière de se faire remarquer par le Président en vue d'un remaniement ministériel. Ce serait notamment dans ce cadre que seraient intervenues les annonces faites hier par une trentaine de nouveaux élus et quelques jours auparavant par une vingtaine d'élus. La question est de savoir si ces représentants du peuple sont au courant de la manipulation…

En parallèle, des lobbyings sont également en cours pour les postes au sein du bureau permanent de l'Assemblée nationale. Le poste de président de cette Institution attise surtout les convoitises. Des attaques en règles sont actuellement perpétrées à l'encontre de deux élues considérées comme les favorites à l'accession au perchoir de Tsimbazaza, à savoir Christine Razanamahasoa, élue haut la main à Ambatofinandrahana, et Irmah Lucien Naharimamy, élue à Toamasina I. Deux personnalités femmes de confiance du Président Andry Rajoelina. La première a déjà été élue à la présidence de la Chambre basse au début de la dernière législature, mais avait été renversée pour être remplacée par Jean Max Rakotomamonjy. Autre figure incontournable de la plateforme présidentielle, la seconde avait démissionné de son poste de ministre il y a quelques mois pour se présenter à la députation. La  décision finale reviendra en tout cas en haut lieu. Pour beaucoup, les divers lobbyings actuels s'avèreront inutiles et risquent même de desservir ceux qui en sont les commanditaires.

La Rédaction

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff