Publié dans Politique

Barea de Madagascar - Les maillots pour les supporteurs introuvables !

Publié le jeudi, 04 juillet 2019

A l’approche des huitièmes de finale des Barea à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019, la grogne monte du côté des supporters. Non pas sur la présentation de leur équipe mais pour une raison unique, la disparition sur le marché des maillots des Barea. Il s’agit là des maillots authentiques et non les contrefaçons vendues par des commerçants sans scrupules qui font de l’argent sur le dos des joueurs.  « J’ai cherché des maillots pour les membres de ma famille habitant en province mais il paraît que c’est déjà épuisé », raconte un quadragénaire.  Il a, selon ses dires, fait le  tour des magasins censés les vendre et ce depuis la seconde rencontre des Barea  à la CAN.  D’après les informations obtenues, dans le contrat entre le Comité de normalisation et l’équipementier officiel de la sélection nationale, Garman, il serait prévu que la partie malagasy doit acheter auprès du fournisseur officiel 20.000 maillots des supporteurs. On s’interroge ainsi si cette partie du contrat a été respectée par le Comité de normalisation ou non. Si oui, la question est de savoir la destination finale de ces maillots face à cette « pénurie ». Dans le cas contraire, c’est une flagrante défaillance de la part du Comité de normalisation qui peut –être ne s’attendait pas du tout à cet engouement des Malagasy sur les Barea.  Mais quelle que soit la réponse, les faits sont là, les contrefaçons prennent le dessus. Et des Malagasy ou ressortissants étrangers de Madagascar, qui ont évidemment les moyens de se la procurer, ne peuvent pas arborer la tenue officielle de la sélection malagasy.


Une enquête auprès des boutiques ayant vendu ces maillots nous a permis d’avoir quelques bribes d’informations. D’après un gérant, leurs marchandises ont été livrées par les sociétés faisant partie du club des partenaires. Un club regroupant, rappelons-le, Telma, Jovena, Star, BNI, Leader Price et Canal Plus, bref des sociétés qui ont toujours soutenu dans leurs actions le football malagasy en général et les Barea en particulier.  Dans ses confidences, le responsable de la boutique a révélé que le club ou un de ses membres, aurait commandé directement les maillots auprès de Garman. Les réseaux de ces sociétés membres ont été mobilisés pour les vendre afin que les Malagasy aient accès à ces maillots. A la lumière de la déclaration de ce gérant, les maillots vendus jusqu’ici, qui seraient au nombre de 2.500, viennent du club des partenaires et fruit de ses propres initiatives. A noter que ces maillots authentiques venant du club des partenaires sont, ou plutôt « étaient », vendus localement à 85.000 ariary l’unité contre 120.000ariary durant les matchs amicaux des Barea en France et au Luxembourg.
Rata

Fil infos

  • Sécheresse et dégradation des zones forestières - Toute la ville de Fianarantsoa privée d’eau à partir de demain
  • Mise en accusation de ministres à la HCJ - Accouchement difficile à l’Assemblée nationale
  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff