Publié dans Politique

Exploitation de bois précieux - Levée des sanctions pour Madagascar

Publié le lundi, 26 août 2019

Depuis 2016,  la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d'extinction (CITES) a décidé de durcir les sanctions de Madagascar face à l'inertie du Gouvernement dans la lutte contre le trafic de bois de rose, en interdisant à 181 pays d'acheter ces ressources exploitées illicitement. Suite aux efforts déployés par les autorités depuis le début de l'année, une délégation malagasy a donc participé à la 18ème session de la Conférence des Parties de la  CITES et la 70ème réunion du comité permanent, qui a débuté le 17 août dernier, à Genève.

L'idée étant de lever partiellement l'embargo sur l'exploitation des bois précieux tels que le bois de rose, le bois d'ébène ou encore le palissandre. L'argumentation du secrétaire général du ministère de l'Environnement et du Développement durable a alors obtenu gain de cause. Effectivement, dans la décision sortie par la CITES hier, il n'est plus question de sanction pour Madagascar, juste des recommandations pour appuyer le pays dans la bonne gestion de ses ressources en bois précieux. « Le mot « sanction »  ne figure même pas dans cette nouvelle décision de la CITES. C'est déjà une bonne chose pour le pays, mais aussi pour nos artisans parce que c'est pour eux que nous avons tenu à apporter des modifications à l'interdiction de la CITES. Ce virement de bord promet alors des résultats positifs quant à notre demande », soutient avec enthousiasme une source auprès du ministère, contactée au téléphone hier. Aucun verdict n'a encore été rendu notamment par rapport à la demande en question. La CITES doit encore approfondir le sujet avant de pouvoir prendre une décision finale.

Tout au long de la séance plénière de la 18ème session de la Conférence des Parties de la  CITES, le pays a été félicité pour les efforts qu'il a entrepris, au cours des derniers mois, par plusieurs pays tels que la Chine, le Kenya ainsi que l'Union européenne. Ces derniers ont même affirmé leur volonté de soutenir la Grande île pour gérer au mieux cette filière.

Quota d'exportation

En tout cas, cette première décision sortie par la CITES a évoqué la possibilité d'élaboration d'un quota d'exportation de précaution. Mais pour cela, le pays devra continuer à identifier les principales espèces ayant une valeur commerciale des genres bois de rose et  bois d'ébène en collaboration avec le Secrétariat général du CITES et les partenaires concernés, tout en suivant à la lettre les recommandations de la CITES. « Pour chaque produit inscrit dans la liste de la CITES, un quota d'exportation est élaboré, d'où l'importance d'un recensement général des ressources concernées. Ce dernier va en effet permettre de définir la quantité de produit à exporter tout au long de l'année. Et cette quantité est ensuite répartie entre les opérateurs légaux de la filière. Pour notre cas, le recensement du tiers des stocks de bois de rose est plus ou moins rempli. Maintenant, il faut juste prouver à la CITES que Madagascar est engagé à préserver ses ressources naturelles », explique le ministère de l'Environnement et du Développement durable.

De ce fait, pour le moment, Madagascar ne compte pas faire du commerce sans disposer des capacités administratives suffisantes pour garantir la surveillance des forêts, avoir un bon contrôle des stocks et pouvoir contenir le risque d'exploitation illégale, trois principaux points de son plan d'action.

Rova Randria

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff