Publié dans Politique

Cybercriminalité - Les prévenus dont les journalistes obtiennent la liberté provisoire

Publié le lundi, 02 septembre 2019

Les quatre personnes impliquées dans une affaire ayant trait à la cybercriminalité, au cours de la semaine dernière, ont été déférées au Parquet d’Anosy hier. Deux sont des journalistes qui exercent  à la fois dans des quotidiens de la place mais aussi sur des sites internet.  Quant aux deux autres, il s’agit d’un facebooker accusé d’avoir repris les fausses nouvelles présumées de ces journaux ainsi qu’un employé de la Commune urbaine d’Antananarivo. C’est le ministère de la Défense nationale qui s’est constitué en partie civile pour les poursuivre  pour propagation de fausses nouvelles. L’audition des quatre prévenus n’a pris fin que très tard vers le début de la soirée. Une audition à l’issue de laquelle le  Parquet leur a accordé une liberté provisoire. Mais tous devront encore comparaître le 16 septembre prochain pour l’audience sur cette affaire.
Bien qu’aucun élément n’ait filtré de ces auditions, on a appris que les quatre suspects auraient tous rejeté les accusations qui pèsent sur eux. Notons que les journalistes en cause  ont été assistés pendant  toute la phase de l’enquête, aussi bien au niveau de la Police qu’à celui du Parquet, par l’actuel président de l’Ordre des journalistes de Madagascar. « J’ai le droit d’être présent au côté des deux reporters à cause de mon statut de président de l’ordre », déclare Gérard Rakotonirina. L’agent de la mairie d’Antananarivo aurait avancé, selon l’information, qu’on l’a fait arrêté pour un motif dont le concerné ne sait même pas.

Concernant particulièrement le cas des journalistes en cause, elles  ont été incriminées à cause des arguments qu’elles ont avancés à propos du motif du survol du stade de Mahamasina par un hélicoptère de l’Armée. Or, justement, le ministre de la Défense du pays a expliqué que ce survol s’inscrivait dans le cadre de l’exercice de simulation sur le plan sécuritaire des prochains itinéraires du Pape François dans la Capitale en fin de semaine. Au même ministre de rappeler alors à la suite des informations diffusées sur Facebook et ces quotidiens que,  la mairie de la Capitale n’aurait pas dû faire obstacle à cette manœuvre héliportée
au-dessus de Mahamasina.
 Franck Roland

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff