Publié dans Politique

Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique

Publié le mercredi, 18 septembre 2019

Directeur technique nationale et sélectionneur des Barea « A ». Telles sont les fonctions que Nicolas Dupuis va occuper au sein du football malagasy pour les quatre années à venir. C'est le fruit de la rencontre entre le président de la fédération, Raoul Arizaka Rabekoto, et le technicien français, tenue hier à la Maison du football. Une bonne nouvelle qui efface les doutes de la majorité des amateurs du ballon rond malagasy, suite à l'ironie de Raoul Arizaka Rabekoto sur cet entraîneur des Barea, lors de son premier interview accordé à la presse malagasy.

Depuis, c'est le tollé général de la population footballistique nationale qui s'est dit offusquée par les propos du successeur de Ahmad à la tête de la Fédération de football malagasy. Et malgré les précisions de ce dernier, les appréhensions des uns et des autres sur le cas de Nicolas Dupuis demeuraient, du moins jusqu'à hier.

« C'est vrai, j'ai accepté le poste de DTN que le président de la fédération m'a proposé. En même temps je suis toujours le sélectionneur de la sélection « A » », nous a confirmé Nicolas Dupuis au téléphone. Et lui de préciser que «  c'est déjà un engagement pris avec le Président de la République, c'est tout à fait normal ainsi que j'accepte l'offre de diriger la direction technique nationale pendant quatre ans ». La signature du contrat ne s'est pas tout de même faite hier mais programmée pour mardi prochain. « Le président Raoul et moi-même sommes convenus que le contrat sera signé une fois que les joueurs et les membres du staff technique recevront leurs primes de la phase finale de la dernière coupe d'Afrique des Nations », a révélé Nicolas Dupuis.

Ainsi, le technicien français aura en même temps réalisé le programme de développement du football proposé par le Président de la République et celui de la Fédération malagasy. Homme de parole, Nicolas Dupuis l'est certainement surtout vis-à-vis de ses employeurs, malagasy que français. Madagascar sera ma priorité, avait-il lancé aux dirigeants du club F.C.Fleury 91 (France) avant de s'engager avec ce dernier. Et bien qu'il soit à la tête de la direction technique du football malagasy et des Barea, Nicolas Dupuis ne compte pas délaisser ses protégés en France.

«  J'ai un staff étoffé là- bas, je peux les faire confiance. Néanmoins, j'y ferais de temps un temps un saut pour superviser également les expatriés malagasy », explique le nouveau directeur technique national qui succède à ce poste Debon Jean François.

Profitant de l'entretien, Nicolas Dupuis a lancé un appel à la solidarité et au soutien des malagasy pour les Barea locaux qui disputeront un match capital contre la Namibie ce dimanche. C'est dans le cadre des éliminatoires du Championnat d'Afrique des Nations (CHAN) dont Madagascar se trouve à un pas d'une première qualification à la phase finale. Pour ce, il suffit d'éliminer la Namibie à l'issue de la double confrontation….

Rata

Fil infos

  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
  • Concertation nationale - Un prétexte pour le partage du pouvoir
  • Eglise luthérienne de Madagascar - Le couple présidentiel aux côtés des jeunes
  • Affrontement à Mandoto - Le commandant de compagnie de Gendarmerie blessé
  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache

La Une

Pub droite 1

Editorial

  •  Forum et forum !
    Qui dit que le régime Orange a horreur ou a peur d’une concertation ou d’un forum ou d’un débat public ? Il va falloir revoir sa copie. Un pouvoir qui rejette le principe d’un échange voire d’un dialogue démocratique fait peur. On a tous les droits de se méfier d’un régime qui botte en touche de façon systématique la pratique d’une table ronde pour débattre de vrais problèmes et cela afin de dénouer une crise, une réelle crise qui bloque le fonctionnement démocratique du pays.

A bout portant

AutoDiff