Publié dans Politique

« Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?

Publié le mercredi, 16 octobre 2019

« Non au remblayage de rizières ». Tel est le principal leitmotiv de ceux qui veulent torpiller le projet présidentiel « Tana Masoandro » pour inciter les populations concernées à s’y opposer. Dans ce cadre, certains soutiennent qu’une telle initiative du pouvoir en place serait  tout simplement antiéconomique tandis que d’autres vont jusqu’à dire que les rizières en question sont des patrimoines culturels de la région, voire du pays, et que ce serait donc un sacrilège de les vouer à d’autres fins. Tout ceci revient pratiquement à dire que la Capitale, en étant littéralement ceinturée par des rizières, est condamnée à rester telle qu’elle est actuellement, c’est-à-dire une cité semi-rurale sans plus aucune possibilité d’extension. L’on semble perdre de vue que l’un des premiers objectifs du projet « Tana Masoandro » est de désengorger l’agglomération d’Antananarivo qui, tous le concèdent, est littéralement asphyxiée depuis des dizaines d’années. Plutôt que d’une ville nouvelle, il serait donc plus approprié de parler d’extension de celle existante. De ce point de vue, la simple logique dicte que le projet soit implanté dans la périphérie immédiate de l’agglomération à agrandir et non à des centaines de kilomètres de celle-ci, comme le suggèrent certains adversaires de « Tana Masoandro ». Toute initiative étatique d’extension de la Cité d’Antananarivo passe donc nécessairement, entre autres, par des remblayages des rizières qui l’entourent, autrement il faut se résoudre au statu quo. Quoi qu’il en soit, « Tana Masoandro » ou non, l’urbanisation des alentours immédiats d’Antananarivo va se poursuivre inexorablement et d’une manière ou d’une autre.

Le risque en la laissant à l’initiative privée, c’est de perpétuer la situation actuelle, caractérisée par un développement désordonné où les infrastructures publiques (VRD ou voiries et réseaux divers), si elles ne sont pas pratiquement inexistantes, suivent à la traîne au lieu de précéder l’extension de l’agglomération. Résultat des courses : la Ville des Mille, notamment dans les périphéries, donne l’image d’une  cité semi-rurale où se côtoient villas de luxe, fermes d’élevage et champs de culture. En réalité, il est peu probable que ceux qui, actuellement, exacerbent  -  ou orchestrent ? -  la fronde contre « Tana Masoandro »  ne soient pas conscients de la pertinence du projet. Seulement, il leur fallait sauter sur la moindre occasion, fusse-telle inappropriée, pour fragiliser le régime en place. Car ce n’est pas la première fois que des expropriations pour cause d’utilité publique ont porté sur des rizières et il est apparu que, dans bon nombre de cas, les expropriés y ont largement trouvé leur compte. Citons, pour ne prendre que des exemples similaires, ce qui a été entrepris pour la réalisation de la vaste politique de logements initiée sous la première République et qui a vu l’apparition des cités d’Ambodin’Isotry, d’Ampefiloha, des 67ha et d’Ambohipo, pour ce qui concerne Antananarivo.  Enfin, pour répondre à ceux dont l’argument consiste à faire le parallèle entre l’initiative actuelle de Andry Rajoelina sur Ambohitrimanjaka et celle en 2008 de Marc Ravalomanana sur Andohatapenaka, ce serait faire preuve de mauvaise foi de ne pas reconnaître qu’il y a tout de même de sacrées différences. Faut-il rappeler en effet que la seconde, outre les montants d’indemnisation incongrus, avait au final pour but d’octroyer, pour un prix tout aussi incongru, les terrains expropriés exclusivement au groupe TIKO.
 Hery Mampionona

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff