Publié dans Politique

Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption

Publié le mercredi, 16 octobre 2019

Les récents développements dans l’affaire du président national de l’association « Za Gasy », Jean Navandahy Ratiharison, ont créé la stupéfaction chez bon nombre d’observateurs. Accusé d’homicide volontaire, ce candidat malheureux des dernières législatives dans le deuxième Arrondissement, placé sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy depuis le 29 mai dernier, a obtenu une liberté provisoire la semaine dernière. Réagissant à cette décision, la députée élue dans le second Arrondissement, Lanto Rakotomanga, n’a pas caché sa surprise voire son indignation. Elle rappelle, d’une part, que les membres de Za Gasy sont accusés d’avoir commis un crime de sang. Et d’autre part, cette libération intervient au moment où le Président de la République est sur le point de décréter une grâce présidentielle, dont ne bénéficieront pas les auteurs de crimes de sang. Une libération qui s’avère être encore plus surprenante, car des témoins de l’agression existent, dit-elle. Et la parlementaire de s’étonner également de la libération d’un détenu placé sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy. « Ce n’est pas sans raison qu’il a été placé dans cet endroit », indique-t-elle.

Pour rappel, dès la soirée même de l’élection, des membres de ladite association auraient agressé un groupe de personnes de la candidate Lanto Rakotomanga. L’agression s’est soldée par la mort d’un jeune homme d’une vingtaine d’années, après quelques jours d’hospitalisation. C’est à celui-ci qu’est revenue la tâche de collecter les procès-verbaux de la candidate de l’IRD dans les bureaux de vote du quartier de la Haute Ville. La députée élue dans le second Arrondissement de la Capitale appelle ainsi à la prise de responsabilité du Président de la République et du ministre concerné. D’autant  plus que, à la suite de la libération de leur président, les partisans de cette association concocteraient une vengeance à l’heure actuelle, précise l’élue. En outre, des partisans du Za Gasy se seraient rendus coupables de subornation de témoin, selon elle. Depuis les auditions dans le cadre de cette affaire, ceux-ci auraient intimidé les témoins de l’agression. Il existe une volonté délibérée d’égarer la Justice, estime par ailleurs, la députée du second Arrondissement de la Capitale, car il s’agit d’un crime et non d’un délit ordinaire. Les accusés d’homicide involontaire, comme dans les exemples d’accident de voiture, bénéficient difficilement d’une liberté provisoire. Même si cela existe, il est rare que ceux-ci obtiennent une liberté provisoire. Pourtant, il est étonnant que des individus accusés d’homicide volontaire bénéficient de liberté provisoire, lance-t-elle, évoquant sans le dire des soupçons de corruption.
 La Rédaction

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff