Publié dans Politique

Non-respect du stock de sécurité - Andry Rajoelina passe un savon aux pétroliers !

Publié le vendredi, 25 octobre 2019

Le Chef de l’Etat s’est fendu d’une sévère mise au point, vis-à-vis des pétroliers. Andry Rajoelina est apparu remonté. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase de la colère du Président de la République c’est la pénurie de carburants dans les stations-service du pays ces derniers jours.  De retour de son voyage à Sotchi, en Russie, le Président de la République de Madagascar a convoqué, hier après-midi, au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra les membres du Groupement pétrolier de Madagascar, à savoir Galana, Vivo, Jovena, Total, Logistique pétrolière S.A.  Une rencontre à huis clos d’une cinquantaine de minutes pour voir de près les problèmes liés à l’approvisionnement en carburant de ces derniers jours. Le constat du Président est sans équivoque, il y a eu une défaillance ou pire une négligence de la part des compagnies pétrolières. Le numéro Un du pays soutient que les pétroliers n’ont pas respecté le cahier des charges pour la constitution d'un stock de sécurité de 21 jours en cas de problème ou éventuels soucis du marché. « Ils ne disposaient que de 5 jours à 10 jours maximum de stock de sécurité pour faire face aux besoins de la population ces derniers jours. Les conséquences, les usagers ont souffert pendant près d'une semaine et la psychose s'était installée vite auprès des consommateurs à cause de ce manquement aux obligations légales des pétroliers », précise le Président Andry Rajoelina.  Il a vivement critiqué les compagnies pétrolières et leur a rappelé la loi en vigueur en cas de non-respect des stocks de sécurité, telle que mise en demeure et une suspension du permis et de la licence d’exploitation des hydrocarbures.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat a annoncé le lancement prochain d’un appel d'offres en importation directe des produits pétroliers afin d'approvisionner en carburant Madagascar. Il invite tous les pétroliers à soumissionner s'ils le souhaitent.  De leur côté, les pétroliers ont proposé comme solution la construction en cours des dépôts de stockages qui auraient une capacité de 20.000 m3 au lieu de 18.000m3 actuellement à l’horizon mai 2020 et d’autres dépôts de stock de 29.000 m3 en 2025 à Toamasina. L’arrivée d’un deuxième bateau d’approvisionnement, le 15 novembre prochain, est également avancée comme solution par les pétroliers, après l’arrivée d’un cargo pétrolier au port de Toamasina hier dans la matinée, avec à son bord 17 millions de litres d’essence, 52,2 millions de litres de gasoil et 2,6 millions de litres de pétroles lampants.
Toutefois, le Président Rajoelina a été clair, fustigeant un manquement inadmissible aux obligations et insistant auprès de tous les opérateurs du secteur sur l’obligation de construire des nouveaux dépôts dans les 24 dépôts de tout Madagascar, pour à la fois répondre aux besoins de la population mais aussi respecter leurs engagements de constitution de stock de sécurité qui reste non négociable.
 La Rédaction

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff