Publié dans Politique

Sommet de Sotchi - La Russie efface les dettes des pays africains

Publié le vendredi, 25 octobre 2019

Lors de la séance plénière du sommet Russie- Afrique, qui s’est tenu à Sotchi du 23 au 24 octobre derniers, Vladimir Poutine, Président de la Russie, a décrété un effacement de la dette des pays africains à hauteur de plus de 20 milliards de dollars. Moscou a annulé plus de 20 milliards de dollars de dettes accumulées par les pays africains à l'époque soviétique, a annoncé mercredi le Président russe Vladimir Poutine. "Ce n'était pas seulement un acte de générosité, mais aussi une manifestation de pragmatisme, car de nombreux États africains n'étaient pas en mesure de payer les intérêts sur ces emprunts", avait déclaré Poutine à TASS à la veille du sommet. S'adressant au forum Russie-Afrique à Sotchi, il a appelé à un doublement du commerce entre la Russie et les pays africains au cours des quatre à cinq prochaines années. Poutine a également déclaré que la Russie avait l'intention d'accroître sa présence en Afrique au niveau des Etats. Remerciant son homologue russe, le Président Andry Rajoelina, à la tête de la délégation malagasy à ce sommet, a souligné que l’effacement de ces dettes permettra aux pays africains d’investir dans des projets sociaux dans le domaine de l’énergie, de l’éducation, de la santé, des infrastructures et du transport.

Il affirme que ce sommet tombe à pic puisqu’il intervient à l’heure où les regards sont tournés vers l’Afrique grâce à la volonté de nos peuples, de nos acteurs économiques et de nos dirigeants à s’affirmer et à se développer enfin. Notre regain de dynamisme  économique inspire et convainc. Le Sommet de Sotchi, permettra de formaliser, redynamiser, les relations économiques entre l’Afrique et la Russie. Des relations appelés à se consolider, soutient-il, avant de rajouter que, les deux parties clarifient les termes de leur partenariat et élargissent les champs d’intérêts communs. « Nous allons coopérer et nous demandons à ce que ce soit mutuellement bénéfique, dans un esprit gagnant-gagnant », soutient-il. Rajoelina affirme entre autres que « pendant longtemps, l’Afrique a été la main-d’œuvre du monde, mais aujourd’hui, il est temps que nous soyons les maîtres d’ouvrage de notre destin ». Le tout premier sommet Russie-Afrique a réuni plus de 40 dirigeants africains à Sotchi.
La Rédaction

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff