Publié dans Politique

Tanà Masoandro – Audiences foraines – Référendum - Andry Rajoelina, un Président respectueux des lois !

Publié le lundi, 04 novembre 2019

Une décision ou une action équivaut une critique ! Tel semble être le credo de certains  opposants farouches au régime actuel. Le moindre fait et geste du Président Andry Rajoelina est minutieusement scruté par ses détracteurs qui ne tarissent pas d’imaginations pour lancer une nouvelle polémique. La dernière polémique en date est liée à sa récente visite à la prison d’Antanimora et durant laquelle il a accordé une grâce présidentielle à effet immédiat en faveur de 6 détenus. Certains critiques n’hésitent pas à affirmer que le Chef de l’Etat méprise les lois et la Justice en général. Il faut pourtant rappeler que dans toutes ses prises de décision, le Président a toujours fait en sorte de respecter les lois en vigueur.

 

L’on peut citer, à titre d’exemple, dans son projet de révision constitutionnelle qui a dû se faire cette année, le Président de la République s’est heurté au refus de la Haute Cour constitutionnelle. Bien que les juges d’Ambohidahy n’aient émis qu’un « avis » défavorable par rapport à une éventuelle révision de la Constitution, le Chef de l’Etat n’a fait aucun forcing et s’y est conformé sans problème.Rappelons que d’après son avis, la HCC a argumenté que « toutes les conditions ne sont pas réunies pour organiser un référendum dans le pays ». Malgré le droit d’initiative référendaire dont dispose le Président de la République en matière de révision de la Constitution, il est néanmoins tenu de respecter l’ensemble des prescrits constitutionnels à ce sujet.

Abstraction sur le forcing

Une autre preuve de respect de la législation, sa demande d’avis concernant la création d’une fondation durant son mandat actuel de Président. Le locataire d’Iavoloha a pu, effectivement, prendre une initiative en contournant les lois mais a préféré effectuer toutes les démarches légales en vue de mettre en place sa propre fondation à but strictement social.Il y eu également l’organisation d’audiences foraines à la prison d’Antanimora à laquelle s’est opposé le comité d’éthique au sein des magistrats de Madagascar. Le numéro un du pays n’a émis aucune objection. Du coup, les audiences foraines ont été finalement transférées au Tribunal d’Anosy. Et durant cette visite à la prison d’Antanimora, Andry Rajoelina a tenu à user ses prérogatives en donnant la liberté à trois vieillards par l’entremise de la grâce présidentielle. Un geste que certains ont pourtant encore critiqué en avançant des arguments fallacieux mais la majorité salue l’initiative de l’homme fort du pays.  « Là, je fais abstraction de toute divergence d'opinion sur ce jeune Président et lui donne un bon point comme à l'école. Les détenus sont des humains comme vous et moi, leurs droits en tant qu'être humain sont inaliénables. 36ans à l'ombre, malade, la remise de peine me semble raisonnable. Que la grâce du Saint Esprit continue d'illuminer et guider les pas et décision du Président », reconnait une personnalité dont la couleur politique n’est pas celle du parti présidentiel.

Il en est de même pour la très récente polémique liée au projet « Tanà -Masoandro » qui sera exécuté du côté d’Ambohitrimanjaka et ses environs. Etant donné qu’il s’agit d’un projet présidentiel, le Chef de l’Etat a bel et bien pu occulter toutes démarches de dialogue et procéder à une expropriation pour cause d’utilité publique. Pourtant, le régime a privilégié l’échange avec les riverains concernés qui bénéficieront sans exception d’indemnisation avant le coup d’envoi du projet. L’homme fort du pays a, une fois de plus, encore montré son statut de vrai homme d’Etat qui respecte la législation en vigueur. Une qualité rare chez un Président à Madagascar !

La Rédaction

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff