Publié dans Politique

Naina Andriantsitohaina - Les 8 pactes avec les Tananariviens

Publié le mardi, 05 novembre 2019

Le candidat numéro 4 sur le bulletin unique a levé un pan de voile sur sa vision pour Antananarivo. Un pacte qu’il a intitulé « Veliranon’Iarivo » qui se décline en 8 axes qu’il s’engage à concrétiser. Antananarivo, Capitale des Malagasy, retrouvera sa valeur et sa place et sera une ville moderne, verte et organisée. Tel est le leitmotiv annoncé par Naina Andriantsitohaina lors de son tout premier meeting de campagne hier au petit Palais des sports de Mahamasina. La centaine de Fokontany visités par l’aspirant  maire de la Capitale durant le dernier mois lui ont permis de s’enquérir des besoins, demandes et difficultés  des Tananariviens et de préparer son programme en conséquence. « L’amélioration de la condition de vie des Tananariviens », est érigé en numéro Un des priorités. Il s’engage notamment à apporter des aides sociales aux plus démunis, à redorer l’éducation, à instaurer une politique de proximité de la santé,  à améliorer l’accès à l’eau potable, à assainir la Capitale, à assurer la sécurité des Tananariviens ainsi qu’à aider à un changement de mentalité. « Ce ne sera pas facile » concède-t-il, citant ses projets, tout en soulignant néanmoins que « Nous devons rattraper le temps perdu ». Le numéro deux des engagements du porte-fanion des Orange est « la lutte contre la corruption, la bonne gouvernance et transparence dans la gestion de la Commune ».

« L’argent de la Commune urbaine d’Antananarivo ne doit pas partir dans les poches de certains », martèle-t-il, avant d’avancer ces propositions telles que l’amélioration de la collecte des impôts. En troisième lieu, il s’engage à « appuyer les petits marchés qu’il affirme être la base du développement économique de la ville, et soutenir l’entrepreneuriat, gage de développement ». Il s’engage notamment à l’intégration dans le secteur formel des marchands de rue ainsi que la construction d’infrastructures marchandes. Les marchands de rue seront dégagés uniquement lorsque des infrastructures pour les accueillir seront prêtes, affirme le candidat-maire. La lutte contre l’engorgement de la circulation constitue le quatrième engagement de Naina Andriantsitohaina. Il annonce dans ce cadre sa volonté de mettre un terme au partenariat avec Easy Park ou encore son souhait de construire des parkings et de nouvelles fourrières. En cinquième lieu de ses pactes avec les Tananariviens, Naina Andriantsitohaina place « Les sports et les divertissements comme  levier de solidarité des jeunes ». Il souhaite en effet pouvoir mettre en place de nouvelles infrastructures sportives et culturelles. « Antananarivo, ville verte », est son sixième pacte, dans lequel il s’engage notamment  développer, créer et entretenir les espaces verts de la Capitale. « Antananarivo, capitale culturelle et historique » est l’avant-dernier engagement du prétendant à la mairie. Un engagement où il entend notamment redorer le blason de la Ville des Mille. Enfin, le « développement de l’habitat digne et valorisation de la ville », constitue son dernier pacte.
La Rédaction

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff