Publié dans Politique

Marc Ravalomanana et les élections - Comme si le temps s’était arrêté en 2001

Publié le jeudi, 07 novembre 2019

C’est sous le même look que lors de  la présidentielle de décembre 2001 (chemise cravate, veste négligemment jetée sur l’épaule et sourire de pub pour dentifrice) et accompagné du même hymne (celui chanté par la chanteuse Bodo) que Marc Ravalomanana apparaît lors de ses sorties pour le soutien de son candidat à la Mairie d’Antananarivo,… Si ce n’étaient les outrages de l’âge déjà bien visibles sur son physique, on croirait voir le maire de la Capitale d’il y a 18 ans qui était parti à l’assaut de la magistrature suprême du pays.
A cette époque, les ingrédients suscités se sont avérés payants et c’est sans doute l’une des raisons pour laquelle, lors des élections ultérieures qui se sont succédé et auxquelles le TIM a pris part, ils continuent à être exhumés des placards. A tort, visiblement, puisque depuis la chute de son fondateur en 2009, ce parti n’a cessé d’essuyer déboires sur déboires en matière électorale.

Marc Ravalomanana, conseillé dit-on par des spécialistes en communication américains, avait adopté ce look en 2001, lorsqu’il s’est présenté à la présidentielle face à Didier Ratsiraka et l’a gardé en 2006,  quand il était candidat à sa propre succession. Depuis, à chaque rendez-vous électoral,  l’homme ne trouve rien de mieux que de repasser systématiquement le même visuel, ainsi que de remettre au goût du jour l’hymne interprété par la chanteuse  Bodo.Est-ce par pur fétichisme que Marc Ravalomanana tient absolument à garder les mêmes recettes de ses victoires passées ou serait-il à court de moyens, au point de ne plus pouvoir donner un coup de neuf à ses campagnes électorales? Nul ne le sait. Toujours est-il que, pour les élections municipales de 2019 notamment pour ce qui concerne la Capitale, sortir du réchauffé n’est pas le meilleur moyen d’attirer les voix de l’électorat jeune, toujours à l’affut de nouveautés et friand d’innovation, celui-là même sur lequel le candidat-maire du TIM compte pourtant pour faire la différence.
Hery Mampionona

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff