Publié dans Politique

Andry Rajoelina à l’inauguration de KFC - Un clin d’œil aux grands investisseurs étrangers !

Publié le lundi, 18 novembre 2019

Pourquoi ? Telle était la question que tentait de poser les détracteurs du régime pour s’interroger sur la présence du Président Andry Rajoelina à l’ouverture officielle de la première adresse KFC à Madagascar sise au Tana Waterfront, hier. La réponse est pourtant simple : l’encouragement des investissements directs étrangers (IDE), avant tout. Par ignorance ou par pure mauvaise foi, certains observateurs semblent oublier que Madagascar est en pleine préparation de son essor économique. Un processus qui demande, de la part des dirigeants, des signaux forts pour rassurer les investisseurs internationaux. D’où ce geste, ô combien, significatif du Chef de l’Etat.

 

En plus, l’implantation d’une grande marque comme KFC à Madagascar prouve que la Grande île est définitivement à la hauteur du savoir-faire et des exigences des grands groupes internationaux. Cela traduit également une confiance d’une enseigne telle que KFC, grande figure de l’alimentation d’envergure mondiale, à la qualité des produits malagasy.

Dans son discours, le Président de la République a particulièrement souligné que le secteur de l’alimentation est un vecteur de croissance économique et d’innovation mais également générateur d’emplois. En tant que leader de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM), qui est déjà intégrée dans la Politique générale de l’Etat, l’homme fort du pays marque, par sa présence, que Madagascar est bel et bien prêt à ouvrir une nouvelle page de son histoire dans le domaine économique : celui d’un pays où le climat des affaires est désormais plus que rassurant. Parler de relance économique inclut, de surcroît, une augmentation des investissements locaux et internationaux.

 

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff