Publié dans Politique

Demandes d'amnistie et d'indemnisation - Près de 1 300 dossiers accumulés au CFM

Publié le lundi, 02 mars 2020

Du boulot pour les membres du « Conseil pour le Fampihavanana Malagasy » ! Cette institution de réconciliation a débuté officiellement son assemblée générale pour cette année 2020, hier à son siège situé à Ampefiloha. Ce fut l'occasion pour le président du CFM, Maka Alphonse de définir les grandes lignes de leurs missions pour cette année.

En dépit d'autres objectifs que l'institution s'est fixé, le CFM n'oublie pas pour autant sa vocation première qui est l'étude des dossiers de demande d'amnistie, de réparation ou encore d'indemnisation à la suite des crises politiques antérieures qui ont secoué le pays (de 2002 à 2009). D'après les déclarations de son président, près de 1 300 demandes dans ce sens sont actuellement entre les mains de cette institution. Des dossiers qui sont encore au stade d'étude. A entendre toujours le numéro un du CFM, le Conseil marche sur des œufs dans le traitement de ses dossiers en vue d'une prise de décision cette année. Des investigations sont menées avec les officiers de police judiciaire au sein de la Gendarmerie et la Police nationale. D'autre part, un projet de décret a été déposé auprès des instances judiciaires pour la création d'un fonds national de solidarité afin de procéder à une indemnisation ou une réparation.

Place au dialogue

L'amélioration de l'application du « Dina » figure aussi parmi les missions qui attendent les réconciliateurs, et ce, avec le concours des ministères concernés dont le ministère de l'Intérieur, celui de la Justice ainsi que les Forces de l'ordre. Ce système qui consiste à la mobilisation du « fokonolona » dans la lutte contre l'insécurité sera ainsi revu de près en vue de meilleurs résultats.

Le CFM se penchera également sur d'autres phénomènes au sein de la société malagasy comme la migration interne qui crée quelques tensions entre les nouveaux venus (« Mpiavy ») et les autochtones. A cela s'ajoute la réconciliation historique, une autre tâche pour les conseillers pour le « fampihavanana » et qui consiste à régler les éventuelles rivalités nées des affrontements dans le passé. Le Conseil poursuivra la mise en place et l'extension d'une plate- forme de dialogue qui rassemble différents acteurs comme les politiciens, les membres de la société civile, les leaders religieux, les leaders traditionnels, etc. Comme son nom l'indique, ladite plate-forme privilégie les discussions face à un problème relatif entre autres à l'insécurité, les litiges fonciers, pour trouver une solution « à l'amiable » et éviter les recours en justice.

S.R.

Fil infos

  • Nécrologie - Le Père Sylvain Urfer décède en France à l’âge de 80 ans
  • La Vérité de la semaine
  • Lutte contre la Covid-19 - Les mesures prises par Madagascar font école
  • Projets de développement - Le Président sollicite le soutien et l'expertise allemande
  • Le Gouvernement Ntsay face aux députés - Les sujets socio-économiques au menu !
  • Approvisionnement en eau à Antananarivo  - La qualité et la distribution reviendraient à la normale
  • Destruction de forêt - Six individus déférés à Moramanga
  • Hausse des cas de Covid-19 - Des gouverneurs bousculent les mauvaises habitudes
  • Restrictions mondiales liées à la Covid-19 - L’assistante d’Antonio Guterres annule sa mission à Madagascar
  • Marc Ravalomanana - Précampagne sous couvert de redynamisation

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • La CENI opérationnelle !
    Enfin, les neuf nouveaux membres de la CENI entrent en fonction. Comme l’exige la loi, ils ont prêté serment devant la Cour suprême ce mercredi 1er décembre et ce en présence du Chef de l’Etat Rajoelina Andry et du ministre de la Justice Imbiky Herilaza.Arrivés au terme de leur mandat, les anciens commissaires électoraux durent plier bagage. Me Hery Rakotomanana et son équipe cèdent la place à Dama Andrianarisedo Retaf Arsène, Randrianarivonantoanina Tiana Ifanomezantsoa, Ravalitera Jacques Michael, Andriamazaray Andoniaina, Razafindrabe Guy Georges, Abdallah Houssein, Razafimamonjy Laza Rabary, Fidimiafy Roger Marc, Ralaisoavimanjaka Andriamarotafikatohanambahoaka. Victime de certain dysfonctionnement dans le mécanisme interne, l’ancienne Instance d’Alarobia chargée d’organiser les élections à Madagasikara avait dû se débattre durement pour esquiver les boulets rouges de certains acteurs politiques. Me Rakotomanana dut user de son talent d’Avocat pour plaider la cause de ses anciens confrères. Il fallait défendre à tout prix l’intégrité et la crédibilité de…

A bout portant

AutoDiff