Publié dans Politique

Marc Ravalomanana et consorts - Le collectif des mauvais perdants

Publié le lundi, 09 mars 2020

Une nouvelle tentative désespérée. Samedi dernier, le collectif des candidats déchus de la dernière élection présidentielle de 2018 est sorti de l’ombre. Les Marc Ravalomanana, Arlette Ramaroson, Hery Rajaonarimampianina (représenté par Rachid Mohamed) et consorts ont profité de la confusion qui découle de la dernière déclaration de la Commission électorale nationale indépendante pour s’exprimer de nouveau. Une fois de plus, le collectif met l’accent sur l’existence des doublons et de numéros identiques de carte d’identité nationale (CIN) révélée par la CENI pour remettre en doute le fonds même de la décision de la Haute Cour constitutionnelle à la suite de la présidentielle de 2018.
Malgré les explications supplémentaires de la Commission électorale qui soutiennent que les faits précités n’ont aucune incidence sur les élections et encore moins sur les résultats électoraux, le collectif des candidats semble vouloir surfer sur la vague pour remettre sur la table ses frustrations d’antan. Et va même plus loin en remettant en question la légitimité des dirigeants actuels. « Si vous persistez dans la confusion actuelle, il y a un risque d’une nouvelle crise », a déclaré Marc Ravalomanana qui a procédé à la lecture du communiqué au nom du collectif des candidats. Des propos qui en disent long sur la finalité déstabilisatrice de cette démarche de l’opposition.
Mauvaise foi manifeste
Récemment, des partisans de l’ex – Chef d’Etat montent actuellement au créneau sur les réseaux sociaux pour véhiculer des messages à caractère diffamatoire allant jusqu’à exiger l’éviction de l’actuel Président. Si cela n’est pas de la déstabilisation, cela y ressemble beaucoup. En tout cas, tout dans les démarches de ce collectif des candidats traduit de la mauvaise foi manifeste.
Nous avons déjà révélé dans nos colonnes les dérives de cette opposition malagasy décriées par la presse internationale. L’article d’un blogueur relayé par Mediapart dénonce, en effet, l’existence d’une « machine à fake news de critiques et d’insultes contre le gouvernement ». Force est de constater que l’opposition actuelle est tout simplement animée par un désir de revanche à la suite de son échec lors de la dernière élection présidentielle. Le Président fondateur du « Tiako i Madagasikara », Marc Ravalomanana, semble même mettre un point d’honneur à déstabiliser le régime. Au lieu d’attendre le prochain rendez – vous présidentiel de 2023, il tente le tour pour le tout jusqu’à entraîner le collectif des candidats qui n’est au final qu’un …collectif de mauvais perdants !
La Rédaction

Fil infos

  • Aide aux sinistrés - Le Président incite les églises à l'hospitalité
  • Axe Antananarivo-Toamasina - La circulation rétablie !
  • Coupure sur la RN2 - Un pont « Bailey » pour rétablir la circulation
  • Ligne aérienne Réunion-Antananarivo - Le coût du billet fait grincer des dents
  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Velirano dérange !
    Les projets phares du Président Rajoelina perturbent. Dans la perspective de démarrage de gros chantiers promis par le candidat portant le dossard numéro 13 du MAPAR, certains acteurs politiques locaux, aux esprits obtus animés par l'obscurantisme, lèvent les boucliers. Sous d'autres cieux également, certains parlementaires de l'ancienne puissance coloniale montent au créneau et se permettent de remettre en cause un des projets-clés du régime. En effet, Velirano dérange ! On ne se prive pas par tous les moyens de le gêner et de lui jeter des bâtons dans les roues.

A bout portant

AutoDiff