Publié dans Société

Réouverture de la RN2 - Ruée inévitable vers la mer !

Publié le vendredi, 28 août 2020

Toutes les places réservées. La majorité des coopératives de transport national desservant Antananarivo et Toamasina affichent un guichet fermé. Ceci dès la première journée de réouverture de la RN 2, annoncée par le Président de la République Andry Rajoelina. Parmi ces voyageurs figurent des vacanciers, lesquels ont attendu depuis des semaines la réouverture des frontières pour humer le vent marin. La ruée vers la mer semble inévitable dans les prochains jours pour ceux qui en ont les moyens. « Nous nous étouffons à Antananarivo depuis ces 5 derniers mois. L’évasion, le changement d’air et les vacances au bord de la mer constituent nos besoins fondamentaux face à la crise sanitaire actuelle.

Au départ, nous avons prévu de faire nos vacances à Mahajanga, mais les frontières y restent fermées, d’où le changement de direction à Toamasina », nous confie Hasina R., jeune cadre travaillant dans la télécommunication. Sa famille, composée de 4 membres, a mis de côté 600 000 ariary pour quelques jours de vacances dans la partie Est de Madagascar. Effectivement, cet axe reste la seule option pour les vacances puisque les autres restent fermés pour les gens de la Capitale.

Une aubaine pour les commerçants et opérateurs

La réouverture de la RN2 représente un grand soulagement pour les opérateurs et commerçants œuvrant sur cet axe. Les restaurateurs de Marozevo et de Moramanga, les commerçants de fruits et leurs dérivés ainsi que détaillants des produits artisanaux à Antsampanana font partie de ceux qui se réjouissent de cette décision présidentielle. Ils ont travaillé à perte, voire chômé depuis des mois à cause de la fermeture des routes. « Le retour des vacanciers est une aubaine pour notre commerce. Nous envisageons même de rappeler les employés que nous avons licenciés à cause de la crise », avance Freddy, propriétaire d’un mini-resto à Antsampanana.

D’un autre côté, la plupart des hôtels à Toamasina, Vatomandry et Foulpointe notent des réservations complètes depuis mercredi dernier. Bon nombre d’établissements hôteliers ont même augmenté leur tarif, en profitant de la forte demande en ce moment. « Nous avons fait une réservation d’une chambre familiale au sein d’un hôtel à Foulpointe depuis lundi dernier, même si notre voyage ne se fera que la semaine prochaine. Ma benjamine doit d’abord passer son examen du CEPE ce mardi », fait part Théo R., fonctionnaire de l’Etat. Bref, la réouverture de la RN2 profite aux transporteurs, aux voyageurs, aux opérateurs et aux employés œuvrant sur cet axe.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Stade Barea - Une avancée impressionnante des travaux
  • Les réserves d’eau d’Andekaleka à sec - Plusieurs quartiers dans le noir
  • Sècheresse - Une responsabilité collective
  • Base Toliara - Le manque de communication comme problème de fond
  • Mutinerie à la prison de Farafangana - Le ministre de la Justice donne carte blanche aux sénateurs
  • Période de sécheresse intense - Tout l'océan Indien touché!
  • Mise en place d’une commission d’enquête au Sénat - La dernière tentation de … Rivo Rakotovao & Co
  • Projets présidentiels en éducation - 15 écoles « manara - penitra » opérationnelles, 59 autres à construire !
  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff