Publié dans Société

Prêt à la CNaPS - Des employeurs indélicats !

Publié le mercredi, 09 septembre 2020

« Mon employeur n'a pas payé les cotisations à la CNaPS depuis des années, sans que je le sache. Pourtant, il les déduit régulièrement du salaire mensuel de chaque employé. C'est seulement en déposant la fiche rose au siège de la Caisse que j'en étais au courant. Nous lui en avons parlé mais il ne voulait rien entendre, en menaçant de nous renvoyer. Actuellement, nous ne pouvons pas bénéficier des prestations de la Caisse, y compris le prêt exceptionnel », nous confie Sarindra R., employé dans une société de « call center » à Antananarivo. Comme le sien, bon nombre d'employeurs semblent indélicats quant à la protection sociale de leurs salariés. Outre le non paiement régulier des cotisations, des employeurs omettent la déclaration nominative de salaire (DNS), laquelle devrait se faire chaque trimestre.

« Ces problèmes devraient être résolus au niveau de l'entreprise, à travers un dialogue entre l'employeur et ses salariés par exemple. La CNaPS ne peut en aucun cas intervenir », avance Alain Ratsimbaharison, directeur de communication au sein de la Caisse. « Au début du lancement du prêt " Tsinjo Fameno ", deux tiers des sociétés demandeurs étaient dans le circuit vert, c'est-à-dire en règle vis-à-vis de la CNaPS, mais cette situation s'est inversée au fil des jours. En ce moment, le nombre de sociétés dans le circuit orange ou irrégulières surpasse celui des entreprises en règle », confirme-t-il.

Appui à la régularisation

Face aux irrégularités nuisant aux droits fondamentaux des employés, la CNaPS encourage et accompagne les sociétés à régulariser leur situation. Les employés pourraient par conséquent bénéficier du prêt exceptionnel, une fois les démarches de régularisation effectuées. « Les cotisations de certaines entreprises sont à jour, quoi qu'elles n'aient pas fait trimestriellement de DNS. Dans ce cas, la Caisse leur exige juste de déposer les dossiers manquants. Pour les sociétés qui ont assuré les DNS mais qui n'ont pas pu payer comme il se doit leurs cotisations, les employeurs doivent juste présenter un calendrier de paiement des arriérés. Ce dernier se fera à partir d'avril 2021 et pour 24 mois », explique notre source. Pour les quelques entreprises dans le circuit orange et qui enregistrent un non paiement de cotisations ou l'absence de DNS sur une période différente, la régularisation demande le paiement des pièces manquantes. Cet appui à la régularisation se fera tout au long de cette semaine, avant la sortie des statistiques sur les bénéficiaires et le budget engagé pour le « Tsinjo Fameno ».

A noter que prochainement, les employés pourront consulter leur situation auprès de la Caisse, y compris le paiement de leurs cotisations, via leurs téléphones mobiles.

Il suffira d'entrer le numéro matricule pour accéder à son compte. En attendant, toutes les demandes des prestations de la CNaPS et le traitement des dossiers pourront se faire en ligne, via le site web ou l'adresse E-mail de la Caisse. Le paiement des prestations, y compris les allocations familiales et les rentes, peut également se faire via « mobile banking ». Cette digitalisation vise à limiter les déplacements et le traitement des paperasses…

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff