Publié dans Société

Déconfinement dans la Capitale - Les voleurs à la tire refont surface

Publié le mercredi, 09 septembre 2020

A peine la Capitale eut entamé son déconfinement, voilà que les bandits de tout acabit font parler d’eux. Gare à ceux qui circulent tôt le matin, ou le soir. Car une remarque s’impose : les agressions liées au vol à la tire refont surface dans certains quartiers de la ville. Pas plus tard qu’hier matin, aux environs de 6h, un jeune piéton, en descendant tranquillement la rue en pente et en pavé, fut agressé juste près d’un laboratoire à Faravohitra. L’agresseur qui portait un sac à dos et des chaussures particulièrement bien cirées, selon des témoins, a chargé la victime qu’il a croisée, avec un grand couteau à la lame effilée. L’objectif du bandit était de s’emparer du téléphone qui se trouvait dans une poche du pantalon du piéton. « L’agresseur n’a pas hésité à attaquer sa victime au niveau de son cou, comme ayant voulu la décapiter.

Mais le jeune piéton a réussi à l’esquiver, et a pu même riposter au bandit avec un uppercut. Ce qui fait que ce dernier a échoué dans son sinistre objectif. D’autant plus que des colporteurs d’eau sont arrivés à l’endroit, le mettant ainsi en fuite »,  confie un témoin. Ainsi, les riverains interpellent les Commissariats du 2ème et du 3ème Arrondissement sur leur inquiétude. Ils demandent à ce que des patrouilles sillonnent à nouveau les rues à Faravohitra, comme elles l’ont fait quelques années auparavant.

Parallèlement à cela, les limiers du Commissariat du 7ème Arrondissement ont interpellé un suspect doublé d’un récidiviste de 28 ans, toujours pour agression et vol à Ankasina. Les faits se sont produits vendredi soir dernier. La Police a reçu l’alerte comme quoi des suspects équipés d’objets tranchant, ont opéré à Ankasina. Sitôt avisé, le Commissariat a dépêché ses éléments sur place. C’était dans ces circonstances que ces derniers ont capturé vivant le suspect sus-mentionné. Il avait encore sur lui un énorme couteau.

Lors de son audition, il a aussitôt fait l’aveu. Ils étaient trois à vouloir agresser un piéton qui allait rentrer chez lui. Le suspect raconte ainsi qu’il l’a menacé avec son couteau afin que ses acolytes et lui, puissent faire main basse sur son portefeuille contenant une somme de 900 000 ariary, mais aussi des documents. Lorsque la Police arrive sur lieu où s’était déroulée la scène, les agresseurs ont immédiatement pris la fuite. Cependant, ce n’est pas le cas pour le concerné. Il s’était fait prendre sur place.

Franck R. 

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff