Publié dans Société

Crash d’un avion à Antsirabe - Un instructeur et une élève-pilote frôlent la mort

Publié le vendredi, 18 septembre 2020


Plus de peur que de mal ! C’est du moins ce que l’on puisse dire à propos du crash d’un  Cessna immatriculé 5RMKX, cet avion école dans la cour d’une propriété privée d’Antanivao Tombontsoa, précisément à Andranomanelatra,  Antsirabe II, vers midi hier. Le crash s’est produit 600 mètres à l’ouest d’un  aérodrome local. A bord de l’appareil, il n’y avait que deux personnes, un instructeur et une élève-pilote. Bien que l’avion se soit écrasé au-dessus de cette zone d’habitation, l’on ne déplore toutefois aucun décès. Mais le crash a provoqué de  sérieuses blessures sur l’élève-pilote, notamment au niveau de son œil. Quant à son moniteur, il souffre de fractures aux  jambes. Peu après le drame, les victimes, qui résident dans la Capitale, ont été admises à l’hôpital luthérien d’Andranomadio. Les médecins rassurent que leur état n’est pas à craindre. Pourtant, il a fallu les opérer d’urgence dans l’après-midi d’hier. Sauf imprévu, les concernés devront être transférés dans la Capitale, ce jour.

Les dégâts sont très  importants.  La carlingue de l’avion- fut très endommagée après qu’il s’est brutalement heurté contre la clôture en bois du domaine, et la partie moteur a été sérieusement touchée. L’appareil a décollé de l’aérodrome d’Antsirabe  pour un  vol d’exercice, vers 11h40. Moins d’une demi-heure plus tard, il s’est donc écrasé.  

Pour l’heure, la thèse d’un problème technique serait à l’origine de l’accident, selon une information de la Police. Seule l’enquête, menée conjointement par le bureau enquête accident, organisme rattaché au ministère des Transports, la commission de l’Aviation civile (ACM) et la Gendarmerie, permettra d’en savoir davantage.  Outre les trois entités évoquées plus haut, la Police nationale, par le biais de son Directeur régional de la sécurité publique ou DSRP de Vakinankaratra, s’est également rendue sur place.  Le Cessna accidenté appartient une école de pilotage agréée et basée dans la Capitale. 

Ce crash survenu récemment à Antsirabe serait l’un des moins graves enregistrés au pays, au cours de ces deux dernières années, et ce concernant les vols d’instruction ou de formation. En juin 2018, un avion bimoteur PA-31Navajo avec cinq personnes à bord, élèves-pilotes inclus, s’est écrasé à Ampangabe, dans le sud de la Capitale. Et il n’y a aucun survivant parmi ces passagers.
Franck R.

Fil infos

  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
  • Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza
  • Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - Mali confirme l’usage de faux par les trois ressortissants malagasy
  • Journée des officiers - Une célébration sobre et symbolique à Iavoloha
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - L’avion de la STA saisi !
Pub droite 1

Editorial

  • Esprit solidaire !
    L’heure est grave ! L’intraitable « Kere » dans le Sud fait fuir des gens. La Covid-19 reprend le poil de la bête. La violence atteint le paroxysme. Les sociétés et entreprises ne sont pas encore sorties de l’auberge des suites des frappes aveugles de la pandémie du coronavirus durant l’année passée. Le moment crucial arrive où nous devons, tous sans exception, faire preuve d’esprit solidaire. Chacun doit se sentir concerné sans être forcément responsables du malheur d’autrui. La solidarité nationale s’avère être la solution la meilleure sinon l’idéal.Dans le Sud, l’intensité de la sécheresse atteint, cette fois-ci, un degré… inhumain. Quand les gens de la région concèdent à fuir ou à abandonner la terre de leurs Ancêtres, leurs animaux d’élevage et leurs activités cela explique une situation inédite voire intenable. Depuis l‘époque coloniale jusqu’à un passé récent, les autorités publiques ont tenté de convaincre les habitants du grand Sud,…

A bout portant

AutoDiff