Publié dans Société

Parkings à Antananarivo - La prise en main de la CUA bientôt

Publié le vendredi, 13 novembre 2020


« J’ai fait une promesse envers la population d'Antananarivo concernant Easy Park et je maintiens cet engagement ». Ce propos du maire de la Capitale, Naina Andriantsitohaina, publiée dans sa page Facebook témoigne sa volonté de cesser le contrat entre la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et la société privée Easy Park et d’apporter un nouvel air à la population. Après un audit concernant les parkings, les procédures sont en cours pour abroger le contrat entre les deux parties dans le respect des règles. Et d’ici peu, la gestion des stationnements dans la Capitale reviendra entièrement à la CUA. « Toutes les activités seront gérées par la CUA et elle seule », poursuit le maire. En attendant, la société pourra encore poursuivre ses activités. Face à cette situation, bon nombre d’entre les observateurs se posent ainsi la question : la gestion des parkings serait-elle confiée à une entreprise gérée majoritairement par la Commune urbaine d’Antanananarivo ou une structure interne ?  D’ailleurs, le maire a déjà indiqué récemment que les droits de parking seront maintenus.

Il faut savoir que les parkings apportent un revenu mensuel allant jusqu’à 4 milliards d’ariary pour Easy Park. Parmi cette somme, seulement 100 millions d’ariary entrent dans la caisse de la CUA, bien que le contrat stipule que 20 % du chiffre d’affaires, calculables à partir de tous les horodateurs implantés dans la Capitale, doivent être versés à la Commune.

En rappel, durant ces quelques années de service assuré par Easy Park, le conflit entre ladite société et les usagers n’a cessé de s’aggraver, allant de la manifestation jusqu’à de vives critiques sur les réseaux sociaux concernant les abus de pouvoir perpétrés par les agents de surveillance de la voie publique (ASVP), un montant exorbitant des amendes ou des sanctions démesurées par rapport aux infractions commises. Depuis 2016, cette entreprise a géré les parkings à Antananarivo sous forme de contrat de partenariat public-privé pour une durée de 15 ans, renouvelable.

Anatra R.

Fil infos

  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De la matière grise !
    Madagasikara se trouve à la croisée des chemins pour le recrutement de certains postes-clés et hautement stratégiques. D’emblée, une cynique mais légitime question intervient : « le pays dispose-t-il suffisamment de matière grise pour satisfaire ses besoins ? ». La Compagnie nationale malagasy de transport aérien « Air Madagascar » recrute son directeur général (DG). Elle est à la recherche depuis une semaine d’un oiseau rare. Depuis le départ volontaire du DG Besoa Razafimaharo en décembre 2019, Air Mad n’a plus de DG titulaire. La Direction générale a été assurée par une intérimaire, en la personne de Hanitra Rasetarinera, et ce depuis le 15 janvier 2020. Elle n’est autre que le directeur général adjoint, chargé de la finance. Evidemment, la mission que le Conseil d’administration entend confier à l’oiseau rare (le DG) consiste à relever la Compagnie. En effet, le divorce forcé avec la Compagnie réunionnaise Air Austral portait un…

A bout portant

AutoDiff