Publié dans Société

Mialy Rajoelina à Antsiranana - Un reboisement pour débuter la Journée de la femme

Publié le dimanche, 07 mars 2021

Inclu dans l’aire protégée de la montagne d’Ambre. Le lac Mahery, dans la Commune de Sakaramy, Antsiranana II, a été choisi pour un reboisement de bambous et de raphia, pour débuter la célébration de la Journée internationale de la femme (JIF). Des centaines de femmes conduites par la Première dame, Mialy Rajoelina y ont participé. L’épouse du Premier ministre, la présidente de l’Assemblée nationale ainsi que les femmes membres du Gouvernement et  les épouses des ministres ou encore les femmes députées étaient au rendez-vous, sans parler des représentants des partenaires techniques et financiers. « Le lac Mahery maintient le service écosystémique de la ville d’Antsiranana.

De plus, la population compte le valoriser à travers la création d’un parc d’observation des oiseaux », informe Vahinala Baomiavotse, ministre de l’Environnement et du Développement durable. « Votre venue en ce lieu constitue une promotion de notre site touristique », confirme le maire de la Commune de Sakaramy.

Au total, 1 200 jeunes plants de raphia et de bambous, produits localement, ont été mis en terre sur quelques hectares de surface. « Le reboisement de bambous et de raphia contribue à la protection de l’environnement et à l’économie des femmes. Cela constitue également un soutien à leurs activités génératrices de revenus. Le raphia absorbe le carbone et purifie l’air. Le bambou donne un environnement viable pour les oiseaux et animaux sauvages. Il garantit également la fertilité du sol. D’ailleurs, le reboisement correspond avec le thème de la célébration du 8 mars de cette année, qu’est "femme autonome et résiliente dans un environnement sain pour le développement durable" », déclare la Première dame, lors de l’ouverture du reboisement.

Victimes du changement climatique

« Les femmes malagasy sont au cœur des problématiques du changement climatique. Elles en subissent beaucoup plus les impacts que les hommes. Beaucoup de femmes parcourent des kilomètres pour aller chercher de l’eau, un travail genré actuellement. De plus, beaucoup de filles mettent plus de temps pour aller chercher du bois de chauffe », informe la ministre de l’Environnement et du Développement durable. « Toutefois, les femmes sont des actrices dans la lutte contre le changement climatique. Avec votre leadership et votre engagement, vous représentez un modèle pour les autres femmes », s’est adressée la ministre à la Première dame. Pour sa part, l’épouse du Chef de l’Etat n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance envers l’équipe du MEDD pour sa mobilisation dans la réalisation des reboisements.

Mialy Rajoelina a, à cette occasion, rappelé les actions concrètes et le soutien aux femmes actives menés depuis le début mars, dans le cadre de la célébration autrement de la JIF. « J’ai souhaité rencontrer et discuter avec les femmes des 6 Provinces. Leur soutien s’est fait selon les besoins de chaque Province, concrétisé en dotation de matériels et en formation », renchérit-elle. La célébration se poursuivra ce jour, avec le reboisement de mangroves.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff