Publié dans Société

« AKAMA » 67 Ha - Trois malentendants décrochent le diplôme du baccalauréat

Publié le vendredi, 10 septembre 2021


Six élèves présentant un handicap auditif et linguistique, issus d’« Akanin'ny marenina » (AKAMA) ou  Centre d’éducation des sourds, situé aux 67 Ha, ont passé cette année les épreuves du baccalauréat. Lors de la publication des résultats, trois d’entre eux ont figuré sur la liste des admis dont Maholy, Lafatrinisoa et Avosoa. Mieux encore, Avosoa a obtenu la mention « Assez bien ».
Pour Lafatrinisoa, même si les sujets littéraires lui ont paru difficiles, il a su se rattraper dans les matières scientifiques. « Je voudrais poursuivre des études universitaires. Je projette de suivre une formation en informatique », nous a-t-il révélé au dernier jour de l’examen du baccalauréat au CEG de 67 Ha. Notons que 63 candidats sourds-muets se sont présentés à l’examen du baccalauréat pour cette session 2021.
Par ailleurs, sur les 79 candidats en situation de handicap qui se sont présentés à l’examen pour l’obtention du Certificat d'études primaires élémentaires (CEPE), répartis dans tout Madagascar, 13 élèves malentendants viennent dudit centre AKAMA. Huit parmi eux ont réussi, ce qui représente 61,63 % de taux de réussite. Et à l’examen d’obtention du Brevet d'études du premier cycle (BEPC), les 19 candidats issus de cet établissement ont été tous admis.

Il faut savoir que les candidats malentendants traitent les mêmes sujets que les autres élèves. Sauf qu’un traducteur accompagne ces candidats tout au long de l’épreuve. Outre l’assistance d’un enseignant spécialisé, la reconnaissance de leur situation de handicap a permis également au centre d’examen de leur accorder des minutes de plus à chaque sujet.

A titre d’information, le centre « Akanin'ny Marenina » a été créé à Antsirabe le 22 juin 1985, à l’initiative de l’Eglise luthérienne malagasy ou FLM. Non seulement, il propose un enseignement général de base, de la maternelle jusqu’en terminale, mais les élèves peuvent également y apprendre d’autres matières plus ouvertes sur la formation professionnelle, notamment la couture, la menuiserie, l’informatique, la cuisine. Les diplômes délivrés par l’« AKAMA » sont reconnus par le ministère de tutelle. Les bénéficiaires étudient en tant que pensionnaires ou demi-pensionnaires. Ils peuvent également apprendre des matières parascolaires, entre autres les arts martiaux.

K.R.



Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff