Publié dans Société

Ville d’Antananarivo - La chasse aux taxis-motos commence !

Publié le lundi, 13 septembre 2021

Une activité qui n’est pas conforme au statut de la ville. Après que le Conseil municipal ait confirmé son refus de l’autorisation des taxi-motos à exercer dans la Capitale, la Mairie passe à l’action. Dans la matinée d’hier, les agents de la Police municipale et nationale ont effectué une descente inopinée  à Ivandry. Ils ont ramassé environ cinq taxis-motos, garés à côté du stationnement des taxis-ville. Les matériels ont été saisis, tandis que leurs propriétaires ont été sollicités de monter à bord du véhicule de la Police pour subir une enquête.

 

Selon une source sûre, des renseignements ont été déjà fournis par la Police communale afin de connaître leurs lieux de stationnement et poursuivre ces taxis moto. Une descente au préalable a déjà été

effectuée durant quelques temps afin de faciliter la tâche. Les actions ne s’arrêteront pas là afin de lutter contre les taxis clandestins dans la Commune urbaine d’Antananarivo. « Ce n’est que le début de l’opération dans la lutte contre la circulation des taxis-motos. D’ailleurs, le maire de la ville, Naina Andriantsitohaina, a déjà indiqué sa position de tout mettre en œuvre afin d’appliquer toutes les mesures prises à l’issue du résultat de vote au sein du Conseil municipal », a-t-on indiqué.

Cette décision municipale arrive à point nommé pour les taximen. En effet, le développement de cette nouvelle activité clandestine met en danger leur carrière. Partout dans la Capitale, à chaque coin de rue, que ce soit au niveau des arrêts-bus ou sur les lieux de stationnement des taxis-ville, les parkings - en particulier ceux des établissements hospitaliers, on trouve facilement des taxis-motos. Leur existence est une grande perte pour les chauffeurs de taxi, vu l’énorme somme d’argent qu’ils devraient s’acquitter avant de pouvoir exercer tranquillement. « Actuellement, tous ceux qui possèdent une moto ou un scooter peuvent exercer dans ce domaine, mettant ainsi en danger la vie d’autrui. Mais une fois que toutes les règles de jeu sont claires et les sanctions renforcées, j’espère que leur nombre diminuera considérablement », avance Ranary, chauffeur de taxi résidant à Alarobia. Par ailleurs, cette activité ne fait qu’aggraver l’insécurité qui mine les Tananariviens actuellement. Les kidnappeurs, les escrocs et malfaiteurs en tout genre se cachent derrière leur masque et casque pour pouvoir faciliter leur tâche, sans parler de la hausse des accidents de la circulation provoqués par ces véhicules. Du coté sanitaire, l’emprunt des casques facilite également la propagation de la pandémie de Covid-19.

Anatra R.

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue
Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff